Textes bibliques commentés

Ces courtes méditations bibliques sont proposées pour soutenir une recherche de Dieu au cœur de la vie quotidienne. Il s’agit de prendre un moment pour lire en silence le texte biblique suggéré, accompagné du bref commentaire et des questions. On peut se réunir ensuite en petits groupes de trois à dix personnes chez l’un ou l’autre des participants pour un bref partage de ce que chacun a découvert, avec éventuellement un temps de prière.

JPEG - 31.8 ko

2020

février

C’est un exemple que je vous ai donné : Jean 13, 1-7
Avant la fête de la Pâque, Jésus sachant que son heure était venue, l’heure de passer de ce monde au Père, lui, qui avait aimé les siens qui sont dans le monde, les aima jusqu’à l’extrême. Au cours d’un repas, alors que déjà le diable avait jeté au cœur de Judas Iscariote, fils de Simon, la pensée de le livrer, sachant que le Père a remis toutes choses entre ses mains, qu’il est sorti de Dieu et qu’il va vers Dieu, Jésus se lève de table, dépose son vêtement et prend un linge dont il se ceint. Il verse ensuite de l’eau dans un bassin et commence à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge dont il était ceint. Il arrive ainsi à Simon-Pierre qui lui dit : « Toi, Seigneur, me laver les pieds ! » Jésus lui répond : « Ce que je fais, tu ne peux le savoir à présent, mais par la suite tu comprendras. » (Jean 13, 1-7)

Dans le récit du lavement des pieds, Jean s’empare d’un concept basique de la tradition religieuse de l’Ancien Testament ainsi que du monde des religions en général : pour que l’humanité soit capable de se tenir devant Dieu, d’être en communion avec Dieu, elle doit être pure. Les religion…….s ont ainsi créé des systèmes de “purification” qui sont supposés permettre aux humains d’être avec Dieu.

Cependant, Jésus change fondamentalement ce concept de la pureté. Dans Matthieu 5,8, Jésus dit : « Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu ». Pour Jésus la pureté n’a rien à voir avec des actes rituels. Elle est liée au cœur et à ce qu’on laisse entrer en notre cœur.

Alors la question apparaît : comment devenons-nous purs de cœur ? Cela signifie-t-il remplacer l’acte rituel de purification par la moralité ? Le message de Jésus doit-il être vu simplement comment un enseignement moral ?

Au début de l’évangile de Jean, celui-ci nous dit que Jésus est le verbe de Dieu fait chair. C’est à travers Jésus que nous comprenons l’amour de Dieu et sa compassion envers nous. Cet amour inclut non seulement certains aspects de notre existence humaine, mais également notre être spirituel et physique. Jésus est le Oui de Dieu à tout ce qui existe.

Dans Jean 15,3, Jésus dit : « Vous êtes déjà purs à travers la Parole que je vous ai dite. » C’est la Parole de Dieu qui entre en nous, transforme notre pensée et notre volonté, bref notre “cœur”. De cette façon, il ouvre notre cœur pour qu’il devienne un cœur qui voie. Sommes-nous prêts à accueillir la parole de Jésus dans notre vie ? Sommes-nous prêts à croire en cette bonne nouvelle ?

Cela reste mystérieux qu’il nous soit parfois difficile de nous laisser aimer. Parfois, nous ne nous sentons pas dignes. Nous ne pouvons pas accueillir les mots qui nous offrent la guérison. Cela apparaît dans le lavement des pieds. Se laver les pieds est un acte très intime. Dans la Bible, les pieds étaient considérés comme la partie la plus vulnérable du corps. Révéler où vous restez vulnérable, où vous vous blâmez et vous accusez, n’est pas toujours facile. Nous pensons que nous pouvons tout gérer seul. Mais si nous gardons notre faiblesse et notre culpabilité cachées en nous, elles nous empoisonneront de l’intérieur.

Et donc, parce que nous sommes faibles et qu’il nous est parfois difficile d’avoir confiance en Dieu, Jésus nous invite à lui montrer nos pieds sales, à lui dire nos difficultés. et il nous invite à nous laver les pieds les uns des autres. Pour nous entraider.

Faire ce que Jésus a fait, laver les pieds des autres, ne devrait pas être considéré comme un ordre moral. C’est plutôt la conséquence de la dynamique intérieure qui vient du cadeau que Dieu nous a donné. C’est ce don de la foi et de l’amour qui transforme notre être. Paul l’explique quand il dit en Galates 2,20 : « Je vis, mais ce n’est plus moi, mais le Christ qui vit en moi. »

Nous faisons du bien aux autres, non pas parce que nous devons le faire, mais parce que Dieu nous a rendus capables de le faire par son amour et sa compassion. Laisser la parole du Christ devenir plus forte en nous peut nous mener très loin ! En Jean 14,12, Jésus dit : « Quiconque croit en moi accomplira les œuvres que j’accomplis, et il accomplira des choses encore plus grandes. »

Cependant, il est également vrai que ce n’est qu’en accueillant toujours et à nouveau la parole de guérison de Jésus et en nous laissant laver les pieds encore et encore par Jésus, que nous apprendrons à faire avec lui pour les autres ce qu’il a fait pour nous.

- Que signifie pour moi me mettre au service d’autres personnes ?

- Qu’est-ce que le geste de Jésus pourrait exprimer sur Dieu ?



Autres méditations bibliques :

Printed from: http://www.taize.fr/fr_article170.html - 24 February 2020
Copyright © 2020 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France