Textes bibliques commentés

Ces courtes méditations bibliques sont proposées pour soutenir une recherche de Dieu au cœur de la vie quotidienne. Il s’agit de prendre un moment pour lire en silence le texte biblique suggéré, accompagné du bref commentaire et des questions. On peut se réunir ensuite en petits groupes de trois à dix personnes chez l’un ou l’autre des participants pour un bref partage de ce que chacun a découvert, avec éventuellement un temps de prière.

JPEG - 31.8 ko

2018

janvier

Matthieu 19, 16-26 : Va vendre tout ce que tu possèdes
Un homme s’approcha de Jésus et lui demanda : « Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ? » Jésus lui dit : « Pourquoi m’interroges-tu au sujet de ce qui est bon ? Un seul est bon. Si tu veux entrer dans la vie, obéis aux commandements. » — « Auxquels ? » demanda-t-il. Jésus répondit : « Ne commets pas de meurtre ; ne commets pas d’adultère ; ne vole pas ; ne prononce pas de faux témoignage contre quelqu’un ; respecte ton père et ta mère ; aime ton prochain comme toi-même. » Le jeune homme lui dit : « J’ai obéi à tous ces commandements. Que dois-je faire encore ? » — « Si tu veux être parfait, lui dit Jésus, va vendre tout ce que tu possèdes et donne l’argent aux pauvres, alors tu auras des richesses dans les cieux ; puis viens et suis-moi. » Mais quand le jeune homme entendit cela, il s’en alla tout triste, parce qu’il avait de grands biens. Jésus dit alors à ses disciples : « Je vous le déclare, c’est la vérité : il est difficile à un homme riche d’entrer dans le Royaume des cieux. Et je vous déclare encore ceci : il est difficile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille, mais il est encore plus difficile à un riche d’entrer dans le Royaume de Dieu. » Quand les disciples entendirent ces mots, ils furent très étonnés et dirent : « Mais qui donc peut être sauvé ? » Jésus les regarda et leur dit : « C’est impossible aux hommes, mais tout est possible à Dieu. » (Matthieu 19,16–26)

Le jeune homme dans ce récit a une question profonde qui exprime un désir très fort d’une communion avec Dieu. Il est en recherche d’une vie pleine de sens. Comment vivre une vie où Dieu serait le centre de tout ? On pourrait même dire qu’il demande à Jésus : qu’est ce que Dieu veut vraiment de moi ? On a l’impression que le jeune homme est prêt à tout !

Ensuite, Jésus lui répond en citant les cinq derniers des dix commandements, qui parlent de cet amour pour le prochain mis en pratique. Le jeune homme répond en disant qu’il a toujours gardé ces commandements. Et pourtant, il sent bien que cela ne suffit pas ! Il cherche plus. Est-ce que Jésus aurait fait exprès de lui donner une réponse qui ne le satisfait pas ? C’est comme si Jésus faisait en sorte que le jeune homme comprenne de lui-même que ce n’est pas la loi qui va lui permettre une relation personnelle et directe avec Dieu.

Alors, le jeune homme insiste : Qu’est ce qu’il me manque ? Qu’est ce que je dois faire encore ? Jésus lui dit : « Si tu veux être parfait, vends tout ce que tu as et donne l’argent aux pauvres, alors tu auras des richesses dans les cieux ; puis viens et suis-moi » Ce sont des mots assez inattendus de la part de Jésus et qui provoquent une sorte de choc chez le jeune homme.

La première réponse de Jésus n’était pas à la hauteur de son attente, mais maintenant, la réponse va trop loin, elle est trop radicale ! Selon l’évangile de Marc, Jésus le regarda et l’aima avant de prononcer ces paroles. Jésus ne le met pas à l’épreuve. Il ne dit pas ces paroles pour l’embêter ! Mais bien plutôt, il voit dans la profondeur du cœur de ce jeune homme. Il voit que sa richesse et ses possessions le rendent « esclave ». Sa richesse empêche ce jeune homme d’être libre et – comme nous le disons dans le langage d’aujourd’hui – d’être lui-même.

Cet homme était prêt à faire beaucoup pour obtenir cette vie en plénitude auprès de Dieu, mais il n’a pas imaginé que la vraie réponse résidait plutôt dans le renoncement. Un frère de notre communauté qui vit depuis longtemps au Bangladesh écrit : « Pour vivre notre vocation de frère, il ne s’agit pas seulement de dire “oui” au Christ, mais aussi de dire “non” aux choses qui nous empêchent de vivre cette vocation ». Qu’est ce qui m’empêche d’être libre pour pouvoir suivre le Christ ? Qu’est ce qui m’empêche de pouvoir donner le meilleur de mon cœur à Dieu, aux autres ? Quel est notre défi d’aujourd’hui ? Peut-être pas tellement la grande richesse, mais par exemple la recherche d’une vie confortable, la recherche d’une certaine facilité. Ne devons-nous pas comprendre, comme frère Roger le disait, que « rien de vraiment beau ne se construit dans la facilité » ?

Avant le récit du jeune homme riche, il y a le récit de l’accueil que Jésus fait aux enfants. Il dit d’accueillir les enfants, car le Royaume des cieux appartient à ceux qui sont comme eux. Être riche, c’est pouvoir organiser et maîtriser sa vie à sa guise. Devenir comme un enfant signifie être disponible à ce que la vie nous donne, à ce que Dieu nous donne.

Le jeune homme s’en alla triste, parce que il avait de grands biens. Ce n’est peut-être pas la fin de l’histoire. Il est bien possible qu’il va revenir plus tard vers Jésus, avec joie et simplicité. Au lieu d’une fin, c’est peut-être le début d’une histoire, le début d’une vie à la suite de Jésus.

- Comment faire de la place à mon désir de vivre pleinement la vie avec le Christ ?

- Qu’est-ce qui m’empêche de vivre de Dieu pleinement ?

- Quelles sont mes craintes devant les choix que j’aimerais faire ?

- Vivre comme un enfant, comment s’y prendre ?



Autres méditations bibliques :

Printed from: http://www.taize.fr/fr_article170.html - 20 January 2018
Copyright © 2018 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France