Des prières et des gestes de solidarité dans le monde entier

Frère Roger est né le 12 mai 1915 à Provence, en Suisse. Afin de rendre grâce pour sa vie à la suite du Christ, la communauté de Taizé a proposé à ceux qui le souhaitaient de vivre un temps de prière et un geste de solidarité à cette occasion. Les groupes qui prient régulièrement avec des chants de Taizé, et d’autres aussi, ont répondu à cette proposition dans le monde entier :


Voici quelques échos de différentes prières et rencontres autour du 12 mai 2015. Un autre article évoque par ailleurs la célébration de cet anniversaire à Taizé.


Au Tchad

Du Tchad, des jeunes sont envoyés chaque été à Taizé. Une proposition a été faite de vivre un « week-end comme à Taizé » à N’Djaména. Marie-Françoise écrit :

« Ce week-end vient renouveler mes deux mois passés sur la colline en 2013, me fait revivre la prière de Taizé, la simplicité, la rencontre avec d’autres jeunes de différentes paroisses et de différentes confessions. Le thème « Vers une nouvelle solidarité » me fait réfléchir sur les actions à mener afin de donner autour de moi le goût de vivre. Les différents partages ont été fructueux et les chants de Taizé continuent à parler en moi. À l’exemple de l’œuvre menée par frère Roger, chacun de nous à travers ce week-end est invité à s’engager, à créer, car le frère Roger nous a laissé ce don et nous ne devrions pas avoir peur car Dieu seul suffit… »

JPEG - 27.6 ko

Au Canada

De l’aumônerie de l’Université de Montréal, ce message nous est parvenu :
« Un mot pour dire notre communion en ces jours où nous soulignons un peu partout dans le monde le 100e anniversaire du frère Roger ! Dimanche dernier, au Centre Étudiant Benoît Lacroix, nous avons souligné cet anniversaire et avons prié, en communion avec vous. Comme chants pour la messe, nous avions choisi les chants de Taizé et nous avions devant les yeux l’icône de Jésus et son ami. »


Au Japon

« Après un court temps de prière, nous avons regardé quelques extraits video de frère Roger, puis quatre personnes de différentes générations ont partagé sur le rôle que frère Roger avait joué dans leurs vies.
Nous avons de nouveau regardé le film après ces prises de parole ; j’ai entendu ensuite dans les groupes de partage que les messages avaient parlé à beaucoup, de bien des manières différentes.
Dans les petits groupes de l’après-midi, je ne m’attendais pas à avoir un tel partage en profondeur. Beaucoup sont venus pour la première fois, je n’en connaissais pas la moitié. » (Kimiko)


A Dubai

Le 12 mai 2015, 1200 paroissiens ainsi que quelques prêtres et religieux se sont retrouvés pour une veillée de prière avec les chants de Taizé dans l’église Sainte Marie à Dubai, préparée par la pastorale des jeunes. Sheryl écrit :

« Le 12 mai, pour commémorer le 100e anniversaire de la naissance de fr. Roger une lanterne arabe m’a montré le chemin jusqu’à la salle principale de la paroisse. Quelques bougies, des voiles oranges, jaunes et rouges, et d’autres éléments encore venaient décorer l’autel. Je faisais partie de la chorale. Les chaises étaient insuffisantes car plus de 1200 personnes cherchaient une place. Certains se sont installés sur des tapis disposés sur le sol, et d’autres sont même restés debout à l’arrière.

Les moments de silence, qui contrastaient avec le bruit constant autour de nous, ont touché mon cœur, et ont laissé Dieu y parler en vérité - simplement, mais en profondeur. Car Dieu me cherche, et il attend que je prenne du recul et m’assoie avec lui. »

JPEG - 36.1 ko

En Australie

« Nous avons eu une très belle prière dans la cathédrale de Waitara. Ce fut un moment particulier, avec un bon nombre de gens venus de divers lieux, certains pour la première fois. Nous avons fait l’expérience de la musique, de la réflexion, du silence , de la prière autour de la croix... pour dire notre profonde reconnaissance pour frère Roger et la communauté. » (Jenny)


En Suisse

Outre les dizaines de temps de prière animés dans toute la Suisse en mai, un groupe oecuménique a proposé un pèlerinage à pied, le dimanche 10 mai, jusqu’au village natal de frère Roger, Provence :

« Nous nous sommes d’abord retrouvés pour un beau culte matinal dans l’église de Concise, dans la même paroisse que Provence. Ensuite, nous sommes partis jusqu’à Vaumarcus, qui fête aussi ses cent ans cette année.
Après un arrêt pique-nique, nous sommes repartis jusqu’à Provence. Nous avons pu visiter la cure et le jardin où a grandi frère Roger, avec une vue magnifique sur le lac de Neuchâtel. La marche a été rythmée par des arrêts où l’on a partagé des textes sur la vie de frère Roger , puis nous avons vécu un très beau temps de prière dans l’église, qui a rassemblé plus de 150 personnes de tous les âges. » (Marc)

JPEG - 28.6 ko

En Ukraine

Marina a participé à l’équipe de préparation du pèlerinage à Kiev et Lviv, la semaine suivant la Pâque orthodoxe. Une prière a eu lieu quelques semaines plus tard :

« Nous avons vécu un moment de prière très intense, et qui m’a beaucoup touchée. Une prière de joie, comme celle qui soutenait frère Roger dans ses nombreuses actions pour le bien. Nous avons cette chance de poursuivre le chemin qu’il a tracé, d’être co-créateurs de joie en communion avec tous les chrétiens.

Cette idée d’organiser des temps de prière pour le centenaire de la naissance de frère Roger, c’est comme allumer des petites lumières sur la carte du monde, sur tous les continents. Toutes les nations se sont retrouvées unies dans la prière.

Frère Roger était un témoin de la vérité, un artisan de paix, et un exemple de chrétien authentique. Il s’est ouvert à l’amour et la confiance en Dieu, source de joie, et à l’attention aux autres avec simplicité et humilité. Il m’a ouvert à cet élan, lors des prières à Taizé. Et tous ceux qui l’ont rencontré racontent comment ils ont aussi découvert cette source grâce à lui. »


Aux Pays-Bas

Cédric, un jeune Français qui vit aux Pays-Bas, écrit :

« A Stadskanaal, aux Pays-Bas, ce fut vraiment une belle prière dans ce village qui vivait pour la première fois une prière avec les chants de Taizé. C’était d’autant plus beau que dans ce village, c’était la première fois que les communautés catholiques et protestantes organisaient un tel événement ensemble ! Nous étions heureux d’y participer. »


Au Portugal

« Pour la Pentecôte, environ 200 personnes de la ville de Santarém se sont rassemblées pour un temps de prière à la cathédrale, en présence de l’évêque du lieu, D. Manuel Pelino qui a souligné combien « il était bon d’être assis ensemble, pour prier l’Esprit et laisser l’Esprit prier en nous ». Les jeunes ont été généreux, nombreux ayant apporté de la nourriture destinée au groupe local de Caritas. » (Gustavo)


En République tchèque

En réponse à l’appel de Taizé à préparer des actes de solidarité, des jeunes de Prague ont organisé un défi portant pour nom « Ne cachez pas votre talent ».

« L’idée, très simple, vient de la parabole des talents (Matthieu 25, 14-30). Tous ceux qui relevaient ce défi ont reçu 200 CZK, soit environ 7€,et les ont utilisés dans le but d’en gagner plus, comme dans la parabole. À la fin, l’intégralité de l’argent a servi à un but charitable. Toutes les personnes ayant pris part au défi peuvent décider quel projet ils souhaitent soutenir.

Nous avons distribué 6 « talents » à un groupe de jeunes et à 5 personnes individuelles. À la fin nous avons récolté la somme de 10.973 CZK (environ 400€), qui sera envoyée à différents projets, pour les personnes souffrant du récent tremblement de terre au Népal, pour ceux qui aident des malades dans les hôpitaux, ainsi qu’à l’Opération Espérance. »

Une jeune ayant pris part au défi, Sára, écrit :
« Peu de temps après avoir reçu mon “talent”, on m’a proposé de participer, avec un ami, à la réalisation d’une affiche et d’illustrations. J’ai saisi cette occasion d’utiliser mon “talent”. Quand j’ai appris que je devais choisir moi-même le projet que je voulais financer avec l’argent que j’avais gagné, immédiatement me vint à l’esprit le projet “les Clowns de l’Espoir”. Ils étaient venus me visiter lorsque j’étais moi-même à l’hôpital. Même si j’avais déjà 17 ans, ils m’avaient fait beaucoup rire alors que je venais de me faire opérer du cœur. Je voudrais soutenir leur activité qui aide les enfants ne pouvant pas quitter leur lit. »

Printed from: http://www.taize.fr/fr_article19231.html - 8 December 2019
Copyright © 2019 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France