2017

Une initiative pleine d’espérance au Nord Liban entre responsables musulmans et chrétiens.

Après avoir passé les deux semaines de novembre 2016 en Egypte, deux frères de Taizé ont continué leur voyage avec une visite de trois semaines au Liban, en novembre et début décembre. Parmi les nombreuses belles rencontres qu’ils ont eues au cours de leur séjour au Liban, un frère partage une rencontre avec des chefs religieux musulmans et chrétiens à laquelle il a participé à Tripoli, une ville du nord du Liban.

« Tripoli est connue au Liban comme une ville où il y a eu beaucoup de violence ces dernières années entre différents groupes religieux. Ziad Fahed, un professeur assistant à l’Université Notre-Dame de Louaize (pres de Beyrouth), a commencé il y a quelques années une petite ONG appelée « Dialogue pour la Vie et la Réconciliation » (Facebook : DLRLebanon). Le soir du 28 novembre dernier, Ziad m’a invité à participer à une réunion à Tripoli, organisée par cette ONG.

Quand je suis arrivé, j’ai d’abord été surpris de voir une camionnette stationnée à l’entrée du bâtiment, avec un groupe d’une dizaine de soldats armés à son bord. Ziad, lui, n’était pas du tout surpris. Il m’a dit : chaque fois que nous avons une réunion comme ce soir, ils sont là ... ». Quand nous sommes entrés dans la grande salle où se tenait la réunion, environ une trentaine de chefs religieux étaient déjà présents : des imams et des cheikhs sunnites et alaouites de la ville, ainsi que des prêtres maronites et des prêtres orthodoxes. Le thème de la rencontre de ce soir était : « Accompagner nos jeunes en temps de crise ». Pendant toute la soirée, j’ai été très impressionné par l’atmosphère d’une amitié profonde et naturelle entre tous ces chefs religieux ; il était facile de voir que tous se connaissaient très bien et qu’une franche amitié les liait les uns aux autres.

Comme je m’étonnais d’une atmosphère aussi cordiale et sympathique entre tous ces participants, mon ami Ziad me dit que c’était déjà depuis février 2016 (donc depuis déjà plus de 9 mois) que le groupe « Dialogue pour la Vie et la Réconciliation », en collaboration avec les principales autorités religieuses des différentes communautés musulmanes et chrétiennes du Nord Liban, avait lancé l’initiative de développer les liens entre les responsables religieux de la région. Et à l’automne 2016 ce projet s’est concrétisé par la création d’un réseau à Tripoli même. Trente-cinq chefs religieux de différentes communautés musulmanes et chrétiennes se sont joints à cette aventure. Ils ont convenu que pendant les 6 mois à venir, ils participeraient régulièrement à diverses réunions et séminaires ensemble, dont au moins une réunion par mois, et trois week-ends complets. L’objectif commun étant : découvrir la beauté d’être à la fois différents et profondément liés les uns aux autres. Pour chaque réunion mensuelle, ils choisissent un sujet qui sera commun à leurs diverses préoccupations et qui puissent les rendre plus proches les uns des autres. Ce soir la rencontre avait lieu dans une salle de l’église orthodoxe, la prochaine réunion aura lieu dans les locaux d’une mosquée. Déjà l’expérience de ces derniers mois a montré qu’en-dehors de ces réunions régulières planifiées à l’avance, un bon nombre de ces responsables religieux ont commencé à développer des liens personnels entre eux dans leur vie quotidienne et dans l’exercice de leur ministère. Tous ont vécu dans cette même ville de Tripoli depuis de nombreuses années, ils y ont exercé leur ministère, et pourtant la plupart d’entre eux n’avait jamais eu l’occasion de se connaître auparavant !

Ce soir-là, j’ai vraiment pu voir de mes propres yeux comment, quelque part au Liban, un groupe de responsables religieux musulmans et chrétiens vivaient déjà le signe d’un vrai dialogue interreligieux, où peu à peu a grandi en toute simplicité le désir de mieux se comprendre au-delà de leurs différences, et de mieux se connaître et s’apprécier mutuellement. Savaient-ils combien, par là, ils ouvraient de nouveaux chemins de paix et de réconciliation dans ce Liban qu’ils aiment tant ?

Depuis cette belle rencontre à laquelle j’ai participé en novembre 2016, le groupe s’est réuni à plusieurs reprises : le 13 décembre 2016 dans une mosquée de Tripoli pour échanger sur le sujet : « Dialogue interreligieux et consolidation de la paix. » Puis les 27-29 janvier 2017, tout un week-end vécu ensemble leur a permis d’échanger sur deux autres thèmes importants : l’utilisation des réseaux sociaux pour transmettre un esprit de modération et de dialogue, puis la question des Droits de l’Homme dans la société libanaise. Enfin, le 11 février dernier, ce groupe de responsables religieux musulmans et chrétiens de Tripoli s’est réuni pour clôturer cette première étape de 6 mois de leur cheminement ensemble, et pour réfléchir sur les projets à venir. Il était à noter la présence significative ce jour-là parmi eux des deux évêques du Nord Liban (maronite et orthodoxe), d’un représentant de la Communauté Alaouite de Tripoli, et du grand Mufti Sunnite.

Déjà se profile la prochaine étape à venir : comment mettre en place peu à peu dans la région de Tripoli des moyens qui permettraient un dialogue et un accueil inter-religieux de qualité non seulement entre des responsables religieux, mais aussi dans la vie quotidienne et ordinaire de toute personne, quelle que soit sa pratique religieuse. Pour 2017 un projet sera proposé dans le domaine de l’éducation, en commençant par quelques écoles et universités de Tripoli.

Printed from: http://www.taize.fr/fr_article21448.html - 19 September 2019
Copyright © 2019 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France