Trouver une source d’espérance

Jeudi 13 juillet 2017

La semaine passée et cette présente semaine marquent à Taizé le début d’un bel été. De très nombreux jeunes viennent pour prier, pour se mettre à la recherche d’une source pour leur vie. Nous, les frères, avec les sœurs et avec les volontaires qui passent un temps sur la colline, nous sommes heureux de vous accueillir.

Vous avez vu dans les propositions qui sont faites pour 2017 que, avec tous ceux qui se succèdent ici semaine après semaine, nous voudrions ouvrir de nouveaux chemins d’espérance, autour de nous et dans le monde.

Il est vrai que, quand nous écoutons les informations, nous constatons combien la situation est difficile en de nombreux lieux. Nous sommes dans un monde où beaucoup connaissent la désespérance. Il y a notamment la violence, des guerres, des attentats, des catastrophes naturelles comme récemment un incendie au Portugal, ou des sécheresses en Afrique.

Nous prions aussi, souvent, pour ceux qui souffrent de la famine, et nous voyons que grandit constamment l’écart entre les riches et les pauvres dans les sociétés humaines.


Pendant toute la semaine prochaine, nous aurons ici une rencontre de réflexion autour de la question des migrations, ouverte plus particulièrement aux jeunes de 18 à 35 ans qui ont un intérêt dans l’accueil des migrants, réfugiés, exilés. Comment faire grandir une solidarité avec ceux qui sont obligés de quitter leur terre ? C’est une des graves questions de notre époque.

Dans tout ce contexte dont je viens de parler, face à tous ces fardeaux à porter, je me demande parfois comment aller de l’avant. Où trouver une source d’espérance qui ne tarisse jamais ?

Où trouver une source d’espérance si ce n’est d’abord dans la tendresse, dans la miséricorde de Dieu pour chaque être humain. Nous recevons sa miséricorde comme un don gratuit car elle constitue son identité même : Dieu est amour.

Voilà pourquoi notre regard sur la croix et sur la résurrection du Christ demeure si important, et même vital. Pour ma part, je me réfère parfois à Pierre quand il dit au Christ dans l’Évangile : « Où irions-nous d’autre qu’à toi le Christ ? Tu as les paroles de la vie éternelle. »

Oui, par le Christ Dieu a communiqué son amour, irréversiblement, à toute l’humanité. Cherchant à ouvrir des chemins d’espérance dans notre monde, nous voudrions d’abord et avant tout placer tout notre espoir dans le Christ et trouver en lui la joie de vivre.


Cette espérance dans le Christ, cette espérance dans l’amour de Dieu, il m’arrive souvent de la retrouver à partir de rencontres personnelles.

Je me rappelle une visite que, avec l’un de mes frères, nous avons faite voici quelques mois dans un quartier difficile de Toulouse, dans le sud de la France. C’est une zone très problématique de la ville mais nous y avons découvert des gens qui suscitent une espérance autour d’eux à travers la manière toute simple dont ils vivent.

Je me souviens aussi de ma visite en Syrie, voici un an et demi. J’ai passé Noël à Homs, cette ville à moitié détruite. Au premier abord on peut avoir l’impression que, là, il n’y a plus d’espoir. Mais j’ai trouvé un prêtre et des jeunes qui rassemblaient les enfants pour célébrer Noël. Très simplement ils parvenaient à communiquer une espérance à ces enfants.

Tous, vous pouvez découvrir autour de vous de telles personnes qui rayonnent une lumière, et, entraînés par ces personnes, vous pouvez devenir des témoins d’espérance pour d’autres.

Des témoins d’espérance, c’est ce que nous voudrions chercher à être, nous aussi, les frères, humblement, par le don de notre vie. Et nous sommes heureux que, samedi, un nouveau frère entre avec nous sur ce chemin. Pendant la prière de samedi soir, il recevra le vêtement blanc de la communauté. Il s’appelle Marnix. Il vient des Pays Bas. Il a d’abord été parmi les volontaires et il se prépare maintenant à engager toute sa vie à la suite du Christ dans notre communauté.


Tout à l’heure, Emmanuelle va saluer les jeunes de tous les peuples qui sont présents cette semaine sur la colline et des fleurs leur seront données. Mais il n’y a pas seulement des jeunes qui viennent à Taizé, il y a aussi des aînés et parmi eux, des responsables d’Églises. Je voudrais alors souhaiter la bienvenue à quelques-uns d’entre eux qui nous rendent visite ces jours.

Toute cette semaine, nous nous réjouissons avec les jeunes Polonais d’avoir au milieu de nous l’archevêque Polak. Il est évêque de Gniezno et il est le Primat de Pologne. Il n’a pas craint de faire le long voyage avec les jeunes dans le bus. Avec lui nous parlons en particulier de la situation des jeunes de son pays, ce pays très aimé à Taizé.

Demain arrivera un des proches collaborateurs du pape François, le cardinal Baldisseri. Il est responsable des synodes d’évêques qui ont lieu à Rome. Le prochain synode, dans une année, sera consacré au thème : les jeunes, la foi, le discernement vocationnel. Pour le préparer, un questionnaire a été rédigé à l’intention de tous les jeunes, non pas seulement les catholiques, qui voudront y répondre. Vous le trouvez sur internet [http://youth.synod2018.va/content/synod2018/en.html]. Nous y réfléchirons au long de cet été. Le cardinal présidera la célébration de l’eucharistie dimanche.

Dimanche, nous attendons un autre collaborateur du pape François. C’est un jésuite chargé de tout ce qui concerne l’accueil des migrants. Il va nous aider à réfléchir à cette question au long de la rencontre de la semaine prochaine dont je vous ai parlé.

Je devrais aussi mentionner les prêtres orthodoxes et les pasteurs protestants qui sont nombreux à venir au long de cet été, par exemple les pasteurs de Riga qui étaient là la semaine dernière. Ce soir je salue l’évêque Jonathan, évêque anglican de Southampton. Et dimanche matin arrivera d’Angleterre l’archevêque anglican Sentamu, il est archevêque d’York. Lui aussi fera le voyage en bus avec des jeunes de son diocèse et passera toute la semaine prochaine au milieu d’eux.


Emmanuelle :

Il y a des fleurs pour ceux de l’Argentine, Chili, Uruguay, Bolivie, Brésil, Colombie, Costa Rica, Nicaragua, Guatemala, République Dominicaine, Porto-Rico, Panama, El Salvador et Mexique.

Pour ceux de l’Australie, États-Unis et Canada.

Pour ceux de Russie, Estonie, Finlande, Suède et Danemark.

Pour ceux de Lituanie, Pologne, Allemagne, Pays-Bas, Belgique, Grande-Bretagne et Irlande.

Pour ceux de l’Ukraine, Hongrie, Tchéquie, Slovaquie, Autriche, Suisse et France.

Pour ceux de l’Arménie, Roumanie, Moldavie, Serbie, Bosnie-Herzégovine, Croatie, Slovénie, Grèce, Italie, Espagne et Portugal.

Pour ceux de la Corée, Chine, Taïwan, Hong Kong, Philippines, Indonésie, Timor Oriental, Vietnam, Bangladesh, Inde, Liban, Syrie, Irak, et Palestine.

Pour ceux d’Ouganda, Kenya, Cameroun, Tchad, Soudan, Éthiopie, Nigeria, Togo, Sénégal, Égypte et Madagascar.

Printed from: http://www.taize.fr/fr_article22299.html - 11 December 2017
Copyright © 2017 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France