La Bible est l’histoire de la fidélité de Dieu

Jeudi 31 août

Nous avons un bel été derrière nous. Avant-hier soir quelques jeunes du Liban sont venus me dire au revoir. Et je me suis demandé : savent-ils combien leur séjour de trois mois avec nous a été précieux ? Ils nous rapprochent du Moyen Orient et nous transmettent leur soif de paix.

Plusieurs jeunes chrétiens arabes sont encore ici. Nous aimons chanter avec eux en arabe notre chant « ubi caritas et amor Deus ibi est ». Là où est l’amour, là est Dieu. Beaucoup de jeunes d’autres pays découvrent par ce chant que, en arabe, on appelle Dieu « Allah », qu’on soit chrétien ou musulman.

Hier nous ont quittés aussi deux jeunes musulmans libanais, Ali et Mohamad, qui avaient passé un mois sur la colline. Ils étaient envoyés par un groupe qui au Liban cherche un rapprochement entre musulmans et chrétiens. Que c’était beau de les avoir avec nous !

Nous voudrions être toujours plus proches des jeunes chrétiens arabes. Fin septembre nous irons à quelques frères et une centaine de jeunes européens et moyen-orientaux en Égypte, vivre quelques jours de partage et de prière avec cent jeunes égyptiens. Tout à l’heure, Roy, catholique du Liban, va nous parler puis il chantera un chant arabe, accompagné par Michel, un autre libanais et par Youssef, copte orthodoxe d’Égypte.


Tout au long de cet été, comme pendant la présente semaine, chaque jour les jeunes qui sont venus participer aux rencontres ont écouté une réflexion donnée par l’un de mes frères sur un texte de la Bible. Pourquoi accorder tant d’importance à ces introductions bibliques ?

C’est qu’il est fondamental pour chacun de s’interroger : de quelle source est-ce que je vis ? A quelle source est-ce que je puise le sens profond de mon existence ? Pour aller à la source la plus essentielle, en d’autres mots pour ouvrir les portes de son cœur à la présence de Dieu, la Bible est un trésor sans prix.

Il n’est pas toujours facile de lire la Bible, c’est vrai. On y trouve parfois des textes qu’on ne comprend pas. C’est le cas aussi pour nous les frères. Pour en rendre plus facile la lecture, il est important de se souvenir de deux voies d’accès que je voudrais vous suggérer.

La première : il est nécessaire de bien mettre en évidence ce qui est au cœur de la Bible, l’amour de Dieu et l’amour du prochain. La Bible est l’histoire de la fidélité de Dieu. Cela commence par la fraîcheur d’un premier amour, puis viennent les obstacles et même les infidélités humaines. Mais Dieu ne se fatigue pas d’aimer, il cherche toujours son peuple, il cherche toujours chacune et chacun d’entre nous.

En fait, la Bible est l’histoire de la fidélité de Dieu que l’un des prophètes rappelle par des mots impressionnants. Dieu dit à chacun de nous : « Une femme oublie-t-elle son petit enfant ? Même s’il y en avait une qui oubliait, moi je ne t’oublierai pas. » (Isaïe 49, 15)

L’autre voie d’accès à la Bible est celle-ci : l’Évangile nous dit que le Christ est lui-même la Parole de Dieu. Quand nous lisons les Écritures nous le rencontrons lui, le Christ, nous écoutons sa voix, nous pouvons entrer dans une relation personnelle avec lui. 

Même si nous comprenons peu de chose de l’Évangile, il est possible de chercher à en saisir davantage à partir d’une parole qui peut tout à coup devenir importante pour nous.

En repartant de Taizé à la fin de cette semaine, même si vous n’avez retenu qu’une seule parole, c’est en la mettant en pratique que vous la comprendrez toujours mieux et qu’elle vous donnera accès à d’autres paroles de l’Évangile.


Demain, notre prière aura un contenu particulier. Voici deux ans, le pape François a institué ce qu’il a appelé une « journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création » et cette journée est célébrée chaque année le 1er septembre.

En instituant cette journée pour l’Église catholique, le pape a répondu à une suggestion qui lui avait été faite par le patriarche orthodoxe Bartholomée car cette journée de prière avait lieu déjà dans l’Église orthodoxe. Ainsi d’un même cœur le pape et le patriarche, en communion aussi avec les initiatives similaires du Conseil œcuménique des Églises, appellent tous les croyants, et plus largement tous les humains, à être des gardiens de la création.

Demain nous louerons Dieu pour la beauté de la terre qui lui appartient et que les humains sont appelés à recevoir comme un don, comme leur maison commune. Nous nous rappellerons de l’énorme responsabilité qui revient à l’humanité pour prendre soin de la planète, ne pas en gaspiller les ressources. Et chacun pourra se demander ce que cela signifie dans sa propre existence quotidienne.



Roy : Bonsoir, Je m’appelle Roy, je viens de Beyrouth, au Liban. Je suis un étudiant en Sciences Économiques à l’université saint Joseph de Beyrouth. Cela fait près de deux mois déjà que je suis à Taizé avec d’autres jeunes du Moyen-Orient. J’ai passé ici le meilleur moment de ma vie dans cette merveilleuse communauté.

Je suis de l’Église grecque melkite catholique, qui tire son origine de l’Église grecque orthodoxe. J’ai beaucoup aimé ici à Taizé de pouvoir partager à d’autres jeunes la grande beauté des chants de notre liturgie. Alors maintenant, avec deux de mes amis, nous voulons prier avec vous en prenant un chant de la liturgie byzantine. C’est un chant dédié à la Vierge Marie, composé par un saint du Mont Athos.


Jouana : Il y a des fleurs pour ceux du Japon, Chine, Corée, Hong Kong, Indonésie, Timor Oriental, Cambodge, Vietnam, Philippines, Thaïlande, Laos, Myanmar, Bangladesh, Inde, Liban, Syrie, Irak, et Israel.

Pour ceux de l’Afrique du Sud, Kenya, Tchad, Burkina Faso, Bénin, Côte d’Ivoire, Togo, Sénégal, Soudan, Érythrée, Égypte et Madagascar.

Pour ceux de Russie, Norvège, Finlande, Suède et Danemark.

Pour ceux de Biélorussie, Lituanie, Pologne, Allemagne, Pays-Bas, Belgique, Grande-Bretagne et Irlande.

Pour ceux d’Ukraine, Hongrie, Tchéquie, Slovaquie, Autriche, Suisse et France.

Pour ceux de Bulgarie, Serbie, Bosnie-Herzégovine, Croatie, Slovénie, Italie, Malte, Espagne et Portugal.

Pour ceux d’Australie, États-Unis et Canada.

Pour ceux d’Argentine, Chili, Uruguay, Bolivie, Brésil, Colombie, Costa Rica, Guatemala, République Dominicaine, Salvador, Haïti et Mexique.


 [1]

[1Photo : Cédric Nisi

Printed from: http://www.taize.fr/fr_article22528.html - 17 December 2017
Copyright © 2017 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France