Message de frère Alois

Ces dernières semaines, un grand élan de générosité

Taizé, le 24 décembre 2017

Chers amis,

A la veille de la rencontre européenne, je voudrais dire un grand merci à ceux qui accueilleront des jeunes, non seulement dans la ville de Bâle mais dans toute la région environnante, en Suisse, en France, en Allemagne. Merci aux responsables des Églises et aux communautés chrétiennes, protestantes, orthodoxes, évangéliques, catholiques, qui se sont mis ensemble pour préparer cet accueil, merci aussi aux autorités civiles, aux medias, aux partenaires publics qui ont beaucoup œuvré pour que tout se passe bien.

Ces dernières semaines, un grand élan de générosité s’est manifesté, des familles accueilleront largement, y compris des familles qui appartiennent à d’autres religions ou qui sont en dehors de la foi, des personnes âgées donneront leur confiance en ouvrant leurs portes. Que des milliers de personnes accueillent des jeunes qu’elles ne connaissaient pas, dans une période où l’on a souvent peur des étrangers, est un signe très fort d’espérance et d’amitié.

Pour la première fois, une de nos rencontres européennes se tient au carrefour de trois pays, et de plus au carrefour de deux langues. Bâle est une ville européenne. Franchir les frontières est pour vous une réalité vécue quotidiennement. En venant ici, nous voudrions exprimer que, dans la construction de l’Europe, il n’est pas possible de revenir en arrière.

Bâle est aussi une ville marquée par la Réforme protestante du XVIe siècle et où se prennent aujourd’hui beaucoup d’initiatives œcuméniques. En nous réunissant ici, c’est également cette marche vers l’unité des chrétiens que nous voudrions valoriser.

La prière commune sera au centre de cette rencontre européenne. Comme des pèlerins, nous sommes en route vers une communion plus personnelle avec Dieu, et vers une fraternité plus profonde les uns avec les autres.

Comment, une fois de retour chez soi, faire grandir la fraternité en vue de la paix sera l’une des réflexions essentielles de ces jours. Comment dépasser des cloisonnements, échanger avec ceux qui pensent autrement que nous, construire des ponts entre religions, entre régions à l’intérieur de nos pays, entre pays européens, entre continents ? Comment aussi aller vers ceux qui sont les plus vulnérables, écouter par exemple un sans abri raconter son histoire, ou une personne avec un handicap, un malade, un réfugié ?

Approfondissant la fraternité, nous verrons nos cœurs s’ouvrir, s’élargir, devenir plus humains, et même découvrir une joie, une joie qui ne s’épuise jamais.

A vous tous, chers amis, notre gratitude et nos souhaits de bonnes fêtes de Noël.

Frère Alois


Printed from: http://www.taize.fr/fr_article23227.html - 23 January 2018
Copyright © 2018 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France