Messages reçus pour la rencontre


Le Pape François

Chers jeunes,

Venus nombreux, de toute l’Europe et aussi d’autres continents, pour vivre à Madrid la 41e rencontre organisée et animée par la Communauté de Taizé, vous êtes invités à « ne pas oublier l’hospitalité ». C’est le thème qui guidera vos réflexions, éclairera votre prière et que vous serez amenés à reprendre lors des rencontres internationales à Taizé, ou encore à Beyrouth et au Cap. Dans cette perspective, le Pape François tient à vous assurer de sa grande proximité spirituelle. Et, suite à la récente assemblée du Synode des Évêques à Rome sur « les jeunes, la foi et le discernement vocationnel », il veut vous redire qu’avec toute l’Église, il vous fait confiance. Le Saint-Père vous remercie aussi d’avoir fait le choix de participer à ce rassemblement, pour ouvrir la porte de votre cœur au Seigneur et à sa Parole, afin de rendre visible et de faire grandir une culture de la rencontre, en vous accueillant les uns les autres dans le respect de vos différences.

Le Pape vous encourage à « [...] ne jamais perdre le goût de savourer la rencontre, l’amitié, le goût de rêver ensemble, de marcher avec les autres. [Car] les chrétiens authentiques n’ont pas peur de s’ouvrir aux autres, de partager leurs espaces vitaux en les transformant en des espaces de fraternité » (Message pour les XXXIIIe Journées Mondiales de la Jeunesse, 25 mars 2018). Ainsi, il vous invite à faire une place au Seigneur dans votre vie et à découvrir que, grâce à l’amitié avec Jésus, il est possible de vivre une hospitalité généreuse, d’apprendre à s’enrichir des différences des autres et de faire fructifier vos propres talents pour devenir des bâtisseurs de ponts entre les Églises, les religions et les peuples.

Le Pape demande aussi à l’Esprit Saint de vous aider, jeunes protestants, catholiques et orthodoxes, à grandir dans la confiance en Dieu qui vous accueille et vous aime tels que vous êtes et qui vous appelle à accueillir la différence comme un chemin de communion.

Que l’exemple de Marie, dont « l’amour est rempli d’audace et tout orienté vers le don de soi », vous stimule à vivre concrètement « cette charité qui nous pousse à aimer Dieu au-delà de tout et de nous-mêmes, à aimer les personnes avec lesquelles nous partageons la vie quotidienne » (Ibid.). Le cœur plein d’espérance, le Saint-Père vous encourage, avec la grâce de Dieu, l’accueil et le soutien de vos frères et sœurs aînés dans la foi, à utiliser vos talents, votre énergie et vos forces pour améliorer le monde et faire en sorte que chaque personne puisse trouver sa place au sein de la grande famille humaine. Il compte sur vous et sur votre enthousiasme pour relever le défi de l’hospitalité, notamment en vous faisant proches de cette humanité blessée et de celles et ceux qui sont tenus à l’écart, rejetés ou exclus, des petits et des pauvres !

En vous confiant au Seigneur pour que vous puissiez l’accueillir, à l’exemple de la Vierge Marie, et lui permettre de vous combler de sa joie, le Saint-Père vous donne de grand cœur sa bénédiction, à vous jeunes participant à cette rencontre, aux Frères de Taizé, ainsi qu’à toutes les personnes qui, à Madrid, vous ouvrent leurs portes et vous accueillent.

Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d’État de Sa Sainteté


Le Patriarche œcuménique Bartholomée

Chers jeunes,

Cette année, c’est à Madrid, en Espagne, que vous vous retrouvez afin de mieux
basculer, en prière et de la plus fraternelle des manières, dans une nouvelle année
qui nécessitera plus que jamais votre engagement en tant que « sel de la terre » et « 
lumière du monde » (Mt 5,13-14). La force de la vocation chrétienne dans la cité
est conditionnée par l’attachement des Églises à l’unité. Au cours de leur
cheminement historique, les Églises et communautés chrétiennes ont constamment
été attachées à la préservation de l’intégrité du corps du Christ. Même si
aujourd’hui cette unité continue à être ébranlée, il n’en demeure pas moins que le
désir et la volonté de rapprochement, qui définissent l’identité même du dialogue
œcuménique, sont non seulement une chance, mais aussi une opportunité.

Nous nous réjouissons tout particulièrement de la tenue de cette 41e rencontre
européenne de jeunes. Pendant ces quelques jours, vous découvrirez à la fois la
diversité du christianisme dans la prégnance des rapports humains et l’histoire et la
vie des communautés locales qui vous accueilleront. Car les rencontres européennes de Taizé sont avant tout une façon de s’exposer à la richesse d’une foi partagée qui se décline au gré des cultures et des civilisations qu’elle a façonnées à travers le temps.

Mais il n’est de rencontre véritable sans l’esprit d’hospitalité qui la nourrit.
Dans l’Église orthodoxe, la conception théologique du divin est une image de Dieu
comme rencontre et communion, comme hospitalité et inclusion. C’est pourquoi
l’icône traditionnelle du Dieu-Trinité est une représentation de trois étrangers sous
la forme d’anges accueillis par Abraham sous le chêne de Mambré, comme le décrit
le chapitre 18 de la Genèse. Il ne les a pas vus comme un danger ou une menace
pour ses habitudes ou ses biens. Au contraire, il a spontanément et ouvertement
partagé avec eux son amitié et sa nourriture. C’est en récompense de son hospitalité
désintéressée qu’Abraham se vit promettre ce qui semblait impossible, une
descendance malgré la stérilité de sa femme. L’hospitalité est un don et une grâce.

Il n’a pas tort celui qui espère dans la volonté de dialogue et de coopération de
peuples aux convictions religieuses différentes, ouvrant la porte de la coexistence de
l’humanité tout entière sur un monde en paix. Combien d’étrangers seront
accueillis à notre table ? Telle est aussi la question que nous pose la recherche de
l’unité des chrétiens.Dans un document officiel intitulé « La mission de l’Église orthodoxe dans le monde contemporain », le Saint et Grand Concile de l’Église orthodoxe de juin 2016, articule les thèmes accueil, paix et justice : « L’Église orthodoxe pense qu’il est de son devoir d’encourager tout ce qui est mis réellement au service de la paix et qui ouvre la voie vers la justice, la fraternité, la véritable liberté et l’amour mutuel entre tous les enfants de l’unique Père céleste, ainsi qu’entre tous les peuples qui constituent une seule famille humaine. Elle compatit à tous ceux qui, dans différentes parties du monde, sont privés des biens de la paix et de la justice. »

Enfin, nous prions pour vous et vous bénissons. Que la grâce de l’unité rayonne
en chacun d’entre vous, et qu’elle soit porteuse de l’espérance qui soutient la vie de
l’Église pour que vous soyez de dignes ouvriers de la vigne du Seigneur.


Le Patriarcat de Moscou

Au nom de Sa Sainteté le Patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie et en mon nom propre, je salue cordialement tous ceux qui sont aujourd’hui rassemblés à Madrid pour la rencontre annuelle de la jeunesse chrétienne, organisée par la communauté monastique de Taizé. Je vous souhaite à tous un joyeux Noël et une bonne année.

La venue au monde du Seigneur Jésus a ouvert la voie à une vie nouvelle, offrant aux hommes la lumière d’une espérance ineffaçable, incitant à la transfiguration spirituelle et au perfectionnement moral, car le Christ « n’est pas venu pour juger le monde, mais pour sauver le monde » (Jn 12,47).

La rencontre des jeunes organisée par la Communauté de Taizé démontre de façon éclatante que la jeunesse chrétienne a clairement conscience de la nécessité de contribuer ensemble à l’établissement des valeurs chrétiennes de charité et de solidarité dans les mentalités. « A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres » (Jn 13,35). Le véritable amour, la charité agissante, est l’un des critères fondamentaux de fidélité à l’Évangile. C’est pourquoi les initiatives prises en commun par les jeunes gens, unis par une même aspiration à faire le bien autour d’eux, ont une immense importance pour l’authentique témoignage du Christ au monde contemporain.

La rencontre de cette année a pour thème « N’oublions pas l’hospitalité ! ». Le monde d’aujourd’hui traverse des temps difficiles de guerres et de conflits, qui forcent beaucoup de personnes à quitter leur patrie à la recherche de la sécurité et d’un meilleur avenir. Il n’est pas étonnant que des foules de réfugiés se soient précipitées vers les pays prospères d’Europe. Dans ces conditions, il importe que les chrétiens européens fassent preuve de solidarité et se montrent hospitaliers envers les nécessiteux, voyant en chaque exilé le Christ, né dans une grotte et n’ayant pas de lieu où reposer la tête. Un gage profond de solidarité humaine est contenu dans la filiation divine de tous les hommes, qui nous est révélée dans l’événement même de la Nativité du Christ, et donc dans leur fraternité qui dépasse toutes les différences nationales et sociales. En Christ, qui nous a fait le don de cette fraternité, « Il n’y a ni Grec ni Juif, ni circoncis ni incirconcis, ni barbare ni Scythe, ni esclave ni libre, mais Christ est tout et en tous » (Col 3,11).

Soyez témoins de l’amour du Christ, vainqueur de la haine de ce monde, aidant vos proches et tous les hommes, soutenant tous ceux qui en ont besoin. Faisons en sorte qu’il y ait plus d’amour entre les hommes durant l’année qui s’ouvre, faisons en sorte que l’acclamation angélique de ces jours de Noël « Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, et paix sur la terre parmi les hommes qu’il agrée » (Le 2,14) fasse vibrer de joie tout cœur humain !

Que la bénédiction de Dieu soit sur vous tous. Avec mon amitié dans le Seigneur

Hilarion, Métropolite de Volokolamsk, Président du Département des relations ecclésiales extérieures du Patriarcat de Moscou


L’Archevêque de York, John Sentamu, primat d’Angleterre

En ces jours de Noël, nous célébrons la glorieuse vérité que Jésus est venu habiter avec nous. Alléluia ! Que Dieu vous bénisse tous alors que Taizé vient à Madrid pour célébrer l’hospitalité de Dieu !

Bien qu’il n’y ait pas eu de place à l’auberge, un endroit a été trouvé pour l’Enfant Jésus avec Marie et Joseph, et le nouveau-né a été placé dans une mangeoire. Des étrangers au moins, bergers et mages, Lui ont fait bon accueil. En leur compagnie, nous trouvons tous un accueil à la crèche de Noël, où avec eux, conduits auprès du Roi Pasteur, nous fléchissons le genou en adoration. C’est ainsi que nous aussi nous trouvons notre demeure en Lui.

Dieu a toujours préparé une demeure pour nous. La terre qu’il a faite est maintenant notre précieuse demeure, pour que nous la gardions et la chérissions, et pour que nous la partagions. Et il nous appartient de faire en sorte, par la puissance de l’Esprit Saint, qu’elle reste un monde hospitalier - pour nos voisins du monde, pour ceux qui ont besoin de notre accueil aujourd’hui et pour les générations à venir. N’oublions pas l’hospitalité !

Jésus a promis avant sa mort et sa résurrection qu’il allait en avant de nous pour nous préparer une place. Sa bonté ne connaît pas de fin. Comme le fils qui retourne vers son père dans l’histoire qu’il a racontée, nous sommes toujours les bienvenus quand nous retournons vers Dieu. Et tous les anges du ciel se réjouissent !

Réjouissez-vous de l’accueil que Dieu vous donne, alors que vous êtes réunis en Jésus, cette semaine en Espagne ! Et que l’Esprit Saint vous remplisse de grâce pour emporter avec vous cet accueil, où que vous alliez.


Le Secrétaire Général du Conseil Œcuménique des Églises, Rev. Olav Fykse-Tveit

« Ainsi vous n’êtes plus des étrangers ni des émigrés ; vous êtes des concitoyens des saints, vous êtes de la famille de Dieu. » (Éphésiens 2,20)

C’est un plaisir de vous saluer, jeunes pèlerins avec qui nous cheminons dans la foi, au nom de cette communion universelle de chrétiens et de communautés chrétiennes qu’est le Conseil Œcuménique des Églises, au moment où vous vous réunissez à Madrid pour la 41e Rencontre Européenne de Jeunes de Taizé.

Pendant de nombreuses décennies, le mouvement œcuménique a puisé soutien, dynamisme et inspiration auprès de la Communauté de Taizé et du large élan qu’elle a suscité.

Avec Taizé, nous voyons que l’œcuménisme ne consiste pas seulement à gérer des différences ou à surmonter des divisions anciennes entre chrétiens. Mais il s’agit de construire une communion, une amitié ou “koinonia”, fondée sur notre relation à Dieu par le Christ, et d’avoir un ardent désir d’œuvrer à la justice dans le monde. Ce mouvement œcuménique doit être basé sur l’amour. Il s’agit de faire pleinement l’expérience de la base solide qui vient d’une foi partagée, d’une vie partagée, du partage de la prière, du chant et du silence. Il s’agit de renouveler et de redonner vie à nos Églises, et de transformer le monde par une solidarité aimante.

Taizé incarne à bien des égards tout ce qui se fait de mieux dans le mouvement œcuménique.

Que ces jours soient pour vous un temps de rencontre et de croissance dans l’amitié, un temps de partage bienveillant, un temps de fraternité et de progrès spirituel, un temps d’inspiration et de renouveau. En d’autres termes, qu’ils soient une rencontre où recevoir et offrir l’hospitalité, afin que, comme le dit la Bible, vous ne soyez plus des étrangers, mais des amis et des membres de la grande famille de Dieu.

De fait, l’hospitalité dont Taizé est un exemple n’est pas juste une sorte de politesse. L’hospitalité n’exprime pas simplement un de nos bons côtés, mais elle est une relation dans laquelle nous entrons : une relation d’accueil bienveillant et confiant, de réciprocité et d’amitié, de partage de nourriture et d’abri. Elle implique inévitablement aussi de se rendre vulnérable et parfois même de prendre des risques. Nous invitons les autres dans notre maison et donc dans notre cœur.

L’hospitalité est une forme d’accueil inconditionnel de l’autre par amour. C’est là le don spécifique, le charisme de Taizé.

C’est aussi une exigence biblique fondamentale et ce à quoi engage l’être même de Dieu : son amour sans condition et sans discrimination signifie que Dieu est celui qui dans ce monde nous accueille, et en Christ nous partageons avec d’autres cette bénédiction d’appartenir à une même famille.

Dieu est vraiment notre « chez nous » - où que nous vivions ou nous déplacions - et par là nous devenons la famille de Dieu, « un lieu où Dieu vient habiter » sur la terre, comme le dit l’épître aux Éphésiens.

Un tel amour accueillant – offert gratuitement et reçu humblement – est aujourd’hui nécessaire partout dans le monde. Qu’il s’agisse d’accueillir des immigrés, de garantir la sécurité à des réfugiés, de subvenir aux besoins des sans-abris et des indigents, ou encore de comprendre, de dialoguer avec empathie avec ceux qui sont différents de nous, notre hospitalité affectueuse peut sauver des vies, créer la communion et apporter le salut à notre temps.

Vous êtes aux avant-postes de ce mouvement œcuménique d’amour, non seulement pour le futur, mais déjà maintenant. C’est pourquoi je prie pour que cette rencontre à Madrid affermisse vos cœurs et élargisse votre engagement et votre amour envers Dieu et envers ce monde créé par Dieu.

Avec vous dans le Christ.


Le Secrétaire du Forum Chrétien Mondial, Rev. Casely Baiden Essamuah

Le Forum chrétien mondial envoie ses salutations au nom de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ à la communauté internationale des jeunes réunis en cette fin d’année 2018.

Votre rassemblement montre le témoignage que vous rendez à l’unité que nous partageons en Christ avec les autres croyants et en solidarité avec toute l’humanité. Je salue le sacrifice et la détermination dont vous avez tous fait preuve en vous réunissant en ce moment et en cet endroit.

Notre monde a grand besoin de tels exemples de dépassement des différences et des divisions par le pouvoir de l’amour et de la confiance. Vous nous encouragez. Vous nous inspirez.

Je prie pour que vos journées ensemble, dans la réflexion, l’adoration et le silence, vous permettent de continuer à avoir un impact inaltérable dans vos lieux de rayonnement.

Je prie pour que vous retourniez dans vos maisons et dans vos églises en étant renouvelés dans votre engagement à construire des ponts entre les gens, et surtout à cultiver constamment la relation que vous avez tous avec Dieu qui nous aime de l’amour si ardent qu’il a démontré par la mort de Jésus sur la croix.

Enfin, je prie pour que le songe de Jacob devienne votre expérience, lui qui a dit : « C’est sûr, le Seigneur est ici (...) Cet endroit est remarquable. C’est vraiment la maison de Dieu et la porte du ciel ! » (Genèse 28:16-17).


Le Secrétaire Général de la Fédération luthérienne mondiale, Rev. Martin Junge

N’oublions pas l’hospitalité.
Chères sœurs, chers frères en Christ,
C’est avec une grande joie que j’envoie par cette lettre les plus chaleureux messages de fraternité de la Fédération luthérienne mondiale, au moment où vous êtes réunis pour la rencontre européenne de jeunes de Taizé.

Nous remercions Dieu pour la présence de chacun et de chacune d’entre vous. Nous sommes encouragés de vous voir rassemblés, partageant les Écritures, priant ensemble, chantant et discernant la volonté de Dieu au cœur des temps actuels.

À bien des égards, les temps actuels ne sont pas faciles, avec d’innombrables défis, dont certains de nature planétaire. Pour nombre d’entre eux, les réponses adéquates et les propositions concrètes pour y faire face semblent faire défaut. Je pense, par exemple, au changement climatique. Mais aussi au défi de la migration qui atteint aujourd’hui des niveaux jamais vus auparavant.

Heureusement, en tant que peuple chrétien, nous sommes encouragés par une espérance très vive, qui nourrit une confiance très profonde : Dieu ne cesse jamais d’être présent dans notre monde. C’est le message que nous avons entendu à Noël. En célébrant la présence de Jésus-Christ à Bethléem, nous nous réjouissons de la bonne nouvelle que Dieu est venu à notre rencontre, que Dieu est venu pour rester.

En ce sens, je voudrais vous encourager à découvrir une réponse aux défis présents qui ne soit pas marquée par la peur, l’hostilité et la fermeture timorée sur le privé et l’individuel, mais au contraire à marcher avec confiance et espérance, pour participer à la construction d’une coexistence entre les gens et avec la création toute entière qui rende compte de la profondeur de l’impact transformateur du Christ dans nos vies.

Dans cette perspective, l’hospitalité n’est pas une obligation artificielle, mais une expression du sens profond d’humanité auquel Dieu nous ouvre par sa présence divine au milieu de nous.

N’oublions pas l’hospitalité, frères et sœurs, car cela signifierait oublier qui nous sommes et comment Dieu nous a créés : des personnes intrinsèquement liées les unes aux autres en reconnaissant le visage du Christ dans l’autre.

Je vous adresse, de la part de la communion luthérienne, un salut chaleureux, empreint d’un profond engagement œcuménique et convaincu de l’importance énorme de votre rencontre, dans laquelle, en vous ouvrant aux autres, vous ouvrez un espace à l’hospitalité.

Fraternellement en Jésus Christ


Le Secrétaire Général de l’Alliance Baptiste Mondiale, Rev Dr Elijah M. Brown

Je vous salue au nom de Jésus-Christ et de la part de l’Alliance Baptiste Mondiale, famille qui compte 239 organisations membres, réparties dans 125 pays et territoires, représentant 169.000 Églises et 47 millions de personnes.

Je prie pour qu’à l’occasion de votre Rencontre Européenne, vous trouviez dans le Christ un modèle d’hospitalité que l’on pourrait appeler la Table Ouverte. Tout au long de l’Évangile de Luc, souvent Jésus utilise un repas partagé comme occasion d’une conversation riche en enseignement et d’une réflexion spirituelle. Chacun d’entre nous a une table, un lieu où l’on peut inviter ses voisins, un lieu où l’on peut à la fois offrir une nourriture terrestre et aussi proposer une réflexion spirituelle.

Trouvons dans l’Église d’Afrique ce don de l’hospitalité qui a été offert tout d’abord à Jésus-Christ, à Marie et à Joseph. Le peuple d’Égypte a accueilli la Sainte Famille comme réfugiés politiques fuyant une oppression. On ne saura jamais quel impact cela aura eu sur cette famille, mais il est aisé d’imaginer qu’à mesure que Jésus a grandi, il a entendu ses parents lui raconter comment ils ont été forcés de fuir durant la nuit, se demandant comment ils fraieraient leur chemin dans un pays tout nouveau, et comment ils trouveraient de l’amitié et de l’aide au sein d’une communauté toute nouvelle. Aujourd’hui, avec un nombre de réfugiés dans le monde plus élevé que jamais depuis la Seconde Guerre mondiale, demandons-nous comment redonner plus de force à cette valeur de l’hospitalité. Rappelons-nous aussi que l’Église a toujours été mondiale par nature, et que nous avons beaucoup à apprendre de nos frères et sœurs du monde entier. Une part de l’hospitalité se trouve dans l’humilité de qui veut écouter et apprendre.

Au milieu des conflits de notre monde, sachons trouver l’appel à pratiquer l’hospitalité de la relation. Des forces dans notre monde d’aujourd’hui continuent de menacer et d’effrayer nos sociétés. Des génocides se perpétuent en de multiples contextes. Les riches gaspillent sans mesure tandis que l’ombre de la faim plane sur de nombreux pays. La persécution religieuse dans le monde a atteint l’un de ses niveaux les plus élevés depuis des années. Un esprit d’hospitalité nous appelle à nouer des relations – nouer des relations avec des gens qui ont une autre foi, qui ont d’autres appartenances ethniques, qui parlent une autre langue. Jésus nous appelle même à nouer des relations avec nos ennemis. Les défis auxquels notre monde est confronté ne trouveront pas de solutions en l’absence de relations.

Relevez le défi, vous, jeunes croyants ! Vivez avec une Table Ouverte – avec tout prochain en tant que membre de l’Église mondiale. Dans les périphéries de notre monde, nous avons besoin de votre voix et de votre engagement.


La directrice exécutive de la commission théologique de l’Alliance Évangélique Mondiale, Dr. Rosalee Velloso Ewell

À tous ceux qui sont réunis à Madrid, grâce et paix à vous ! Je me réjouis de votre rassemblement et je rends grâce à Dieu pour le témoignage que vous donnez de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ. C’est un tel cadeau d’être ensemble et de partager l’hospitalité de Dieu !

Pendant l’Avent et Noël, nous nous souvenons de la manière dont nous préparons et attendons la venue du Christ - sa naissance et sa seconde venue. En nous préparant, nous apprenons à être des hôtes, à accueillir les plus vulnérables et ceux qui ne sont pas considérés comme les bienvenus dans ce monde. L’hospitalité est un cadeau que Dieu donne au peuple de Dieu. L’hospitalité peut être compliquée et difficile ; elle peut aussi être merveilleuse et surprenante. Comme c’est extraordinaire que vous puissiez vous rencontrer pour partager l’hospitalité de Dieu et pour grandir en amitié et en bienveillance les uns envers les autres.

Le Redcliffe Collège, les Sociétés Bibliques Unies et l’Alliance Évangélique Mondiale ont prié pour vous. Quant à moi, je continue à prier personnellement pour chacun d’entre vous, vous qui découvrez combien c’est à la fois merveilleux et complexe de suivre le Christ dans ce monde.

Que vos temps de prière, vos célébrations et vos moments d’amitié fraternelle soient des signes de votre foi dans une société marquée par le doute, signes de paix dans un monde en guerre, signes d’espérance dans des lieux de désespoir, et signes de l’amour là où se trouve la haine.

Que votre séjour à Madrid soit béni de Dieu. Que Dieu vous accorde tous les dons du Saint-Esprit, et qu’Il vous donne de toujours désirer partager l’amour de Jésus partout où vous serez et partout où vous irez.


Le Secrétaire Général des Nations Unies, M. António Guterres

Je suis heureux de saluer la rencontre annuelle des jeunes de la communauté de Taizé. Jusqu’à aujourd’hui, je me souviens du rassemblement de Taizé auquel j’ai participé comme jeune étudiant et je garde de vifs souvenirs de l’esprit œcuménique qui caractérise vos rencontres.

Vous vous réunissez à une époque de défis et d’incertitudes devant le changement climatique, les conflits, les inégalités croissantes et l’intolérance qui grandit. Mais c’est aussi une ère d’opportunités, avec des vents d’espoir qui soufflent dans le monde entier, notamment l’adoption récente du Pacte mondial sur la migration et les résultats positifs de la conférence sur le climat en Pologne.

La coopération internationale est plus importante que jamais, et nous avons tous un rôle à jouer pour faire progresser les objectifs du développement durable et bâtir un avenir meilleur pour tous. Pendant mon mandat, j’ai vu des jeunes relever des défis planétaires et montrer qu’ils ne sont pas seulement les leaders de demain, mais ceux d’aujourd’hui. Pour aider les jeunes du monde entier à se prendre en main, j’ai lancé Youth2030, une stratégie qui vise à travailler plus étroitement et de manière plus productive avec eux pour comprendre leurs besoins, écouter leurs voix et mettre leurs idées en pratique.

En 2019, je continuerai à compter sur vous pour faire avancer nos objectifs communs de paix, de développement durable et de respect des droits de la personne pour tous. Veuillez accepter mes meilleurs vœux pour un rassemblement plein de sens, un Joyeux Noël et une Bonne Année.


La Maire de Madrid, Mme Manuela Carmena

Alors que 2018 s’achève, vous êtes des milliers de jeunes à vous retrouver à Madrid pour participer à la 41e Rencontre Européenne de Jeunes organisée par la Communauté de Taizé fondée en 1940 par Frère Roger. Vous avez accepté l’invitation que vous a adressée le cardinal Carlos Osoro pour faire de notre ville le lieu où vous rencontrer tous, catholiques et jeunes d’autres confessions chrétiennes. Nous souhaitons la bienvenue à chacun d’entre vous.

Madrid est une ville ouverte, multiculturelle, tolérante, une ville sûre et accueillante. Avant tout, elle est accueillante. Notre symbole, ce sont deux bras qui embrassent toute personne qui vient nous rendre visite. Mais à cette période de l’année, Madrid est encore plus hospitalière, car elle est toute entière immergée dans les fêtes de Noël qui emplissent la ville de lumières et de couleurs. Soyez assurés que vous vous sentirez vraiment comme chez vous.

Madrid a été le lieu de rencontres importantes, d’événements internationaux et de divers accords de paix. En novembre dernier, nous avons accueilli le deuxième Forum Mondial sur la Violence Urbaine et sur l’Éducation au Vivre ensemble et à la Paix. Au cours de ce Forum nous nous sommes efforcés d’identifier les causes profondes des différents aspects de la violence entre les personnes. Je sais que vous, les jeunes qui participez à cette Rencontre Européenne, vous êtes également attachés à la recherche de la paix dans le monde.

En tant que Maire de cette ville, je veux vous offrir, et je vous offre effectivement, tout le soutien et l’aide du Conseil Municipal et de tous ceux d’entre nous qui faisons partie de cette institution. Nous sommes à votre service. Je vous en prie, n’hésitez pas à venir nous voir pour tout ce dont vous pourriez avoir besoin. Du fond du cœur, je vous souhaite un séjour très heureux et fécond au sein de cette grande famille qu’est Madrid.

Printed from: http://www.taize.fr/fr_article25286.html - 25 April 2019
Copyright © 2019 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France