Opération Espérance

Les frères de la communauté de Taizé vivent de leur seul travail. Ils n’acceptent aucun don. Ils n’acceptent pas non plus pour eux-mêmes leurs héritages personnels, mais la communauté en fait don aux plus pauvres.

La communauté apporte un soutien à des personnes en difficulté sur les différents continents, entre autres à des enfants démunis ou malades.

En outre, elle doit aider des jeunes des continents du sud qui se rendent soit à Taizé soit aux rencontres européennes, latinoaméricaines, africaines ou asiatiques : ils viennent de pays lointains et leurs moyens sont limités. Il s’agit d’assumer les frais de leur séjour à Taizé ou dans les différents lieux des rencontres, et leurs frais de voyage.

À travers l’Opération Espérance, il est possible à ceux qui le souhaitent de participer à cette entraide.

Pour envoyer un don à l’opération espérance, s.v.p. cliquez ici.


Aide au Proche-Orient

L’Opération Espérance a soutenu récemment plusieurs initiatives dans cette région :

- Au Nord-Liban l’ONG Relief and Reconciliation for Syria [http://www.reliefandreconciliation.org/].
est inspirée par le travail du Père Paolo dall’Oglio qui a œuvré en Syrie pour la connaissance et l’estime de l’Islam et a fondé la communauté monastique de Mar Moussa. Cette petite ONG combine une aide humanitaire aux réfugiés syriens dans l’Akkar, au Nord du Liban, avec un travail d’éducation à la paix auprès des enfants et des jeunes des diverses communautés présentes dans cette région. C’est par l’intermédiaire de Relief and Reconciliation que la famille syrienne musulmane actuellement accueillie à Taizé a pu arriver jusqu’en France.

- En Syrie, à Alep, la communauté franciscaine [https://www.proterrasancta.org/it/lappello-del-custode-di-terra-santa-emergenza-siria] distribue aux personnes déplacées des colis alimentaires et des biens de première nécessité, elle travaille aussi à la mise en place de réseaux d’eau potable et à la distribution de fioul pour les générateurs et le chauffage. Cette communauté assiste en outre les personnes dans leurs parcours de soins, en prenant en charge une partie des frais. Enfin, les frères veillent à l’éducation des enfants et des jeunes, essayant d’offrir des espaces pour les activités et les études.

- En Irak, à Erbil, une aide est apportée à la communauté syriaque orthodoxe jacobite d’où est issue l’une des familles irakiennes installées à Taizé. Les villages chrétiens de la plaine de Ninive ayant été libérés par l’armée irakienne, les chrétiens retrouvent leurs églises dévastées par Daech. L’argent collecté sert au soutien des personnes déplacées à Erbil qui ne peuvent pas rentrer dans les villages détruits, ainsi qu’au nettoyage et à la reconstruction des lieux de culte.

Des vacances pour des enfants ukrainiens

Grâce à l’Opération Espérance, pendant les étés 2015 et 2016 un groupe d’enfants de l’Est de l’Ukraine a été accueilli à Taizé pour quelques semaines. Leurs familles ont fui le Donbass en guerre et, depuis lors, vivent à Kiev. Pour ces enfants âgés de 7 à 14 ans le temps passé à Taizé a constitué un moment de joie et de paix après les mois difficiles de la guerre. Leur présence joyeuse sur la colline a également aidé à exprimer la solidarité avec ceux qui souffrent de la guerre aux portes de l’Europe.

Soutenir des enfants défavorisés en Haïti

En octobre 2014, frère Alois et d’autres frères ont animé des étapes du pèlerinage de confiance dans quatre pays des Caraïbes, en Amérique centrale. En Haïti, ils ont visité une communauté de sœurs de Cité-Soleil, à Port-au-Prince et, depuis, l’Opération Espérance envoie régulièrement une aide financière pour soutenir leur travail auprès d’enfants défavorisés.

Aide aux réfugiés en Europe

Depuis ses débuts, la communauté de Taizé a toujours été attentive aux réfugiés. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, frère Roger en avait cachés dans la maison de Taizé. Plus tard des familles ont été accueillies, notamment du Vietnam, du Laos, de Bosnie ou du Rwanda. Ces dernières années, la communauté a accueilli des familles d’Irak e de Syrie, ainsi que des groupes de jeunes migrants venus de Calais.

En 2016 ont séjourné à Taizé des jeunes demandeurs d’asile du Soudan, du Soudan du Sud, de l’Erythrée, de la Syrie et de l’Afghanistan. Cet accueil a été possible grâce à la collaboration de beaucoup de bénévoles de la région et d’un soutien financier de l’Opération Espérance. La communauté cherche à aider ces jeunes à devenir autonomes une fois qu’ils ont obtenu le statut de réfugié.

L’Opération Espérance soutient aussi des initiatives d’aide aux réfugiés menées par des associations qui travaillent dans la région autour de Taizé.

En 2015, à la suite des nouvelles racontées par Ferenc et par les jeunes volontaires partis en Hongrie afin d’accompagner les réfugiés, l’Opération Espérance a reçu des dons pour soutenir leur travail. Ces dons ont aidé à soigner des enfants et des jeunes dans le centre de Fót [http://www.taize.fr/fr_article16933.html#budapest]. Ils ont aussi permis de venir en aide aux réfugiés qui franchissent les frontières.


2017 : Soutien d’une clinique ophtalmologique au Congo

Le Dr. Richard Hardi vit et travaille dans la République Démocratique du Congo depuis une vingtaine d’années comme médecin ophtalmologue. Il est membre engagé de la communauté des Béatitudes. Il est établi à Mbuji Mayi, capitale de la province du Kasaï Oriental, mais il fait régulièrement des missions médicales dans des régions reculées.

Dans une grande partie du pays, il est pratiquement le seul ophtalmologue qui opère des enfants et des cas difficiles. Il fait plus de 2500 opérations par année.

Depuis 2015, l’Opération Espérance soutient la construction d’une clinique ophtalmologique entreprise par le Dr Hardi et dont la région a un grand besoin.


Quelques exemples d’autres engagements de l’Opération Espérance

Des écoles au Bangladesh

L’Opération Espérance soutient, depuis plusieurs années, des écoles à Mymensingh, au Bangladesh. En tout plus de 1500 enfants étudient dans ces écoles. Celles-ci sont aussi des lieux où de jeunes enseignants musulmans, hindous et chrétiens apprennent à travailler ensemble. Tous sont des étudiants qui doivent payer leurs études. Ils comprennent que, s’ils souhaitent recevoir une aide pour eux-mêmes, il est important qu’ils donnent aussi quelque chose :une part de leur temps pour animer des écoles pour les enfants pauvres. Être au service des pauvres renforce le sentiment de faire partie d’une seule famille humaine.

Voir :
Petites écoles autour de Mymensingh

Un lieu d’accueil pour les malades au Cambodge

Depuis 2008, l’Opération Espérance soutient un lieu d’accueil pour les malades créé par la paroisse de l’Enfant Jésus à Boeng Tumpun, au Cambodge. Pour répondre aux besoins de villageois pauvres venant des différentes provinces du pays, la paroisse a lancé ce projet qui promeut la dignité des personnes malades et leur apporte les soins nécessaires. La proximité avec la capitale, Phnom Penh, permet de faciliter si nécessaire l’accès aux hôpitaux. Les dons permettent de participeraux coûts d’hospitalisation, et aussi de financer le centre lui-même, rémunération du personnel, entretien des locaux, frais d’accueil, lmédicaments.

Voir :
Cambodge : Visites de frères

2015 : Soutien aux populations après les tremblements de terre au Népal

Après les tremblements de terre successifs au Népal en avril et mai 2015, l’Opération Espérance a soutenu le travail d’une ONG allemande, « Freundeskreis Nepalhilfe e.V. (FNH) ». L’argent envoyé a été entièrement utilisé pour l’achat de toits ondulés, en vue de la construction de logements provisoires. C’était d’une grande urgence face au « monsun » prévu peu de temps après les tremblements. Ces mêmes toits pourront être intégrés dans la construction ultérieure de maisons plus durables. L’Opération Espérance a ainsi aidé au relogement de 200 familles.

Quelqu’un qui est revenu d’une visite en ce pays a écrit : « Il y a encore beaucoup de montagnes de débris, et on voit parfois des gens assis sur ces débris. Comme souvent, le tremblement a surtout touché les pauvres qui vivaient dans des maisonnettes-baraques bien simples. Actuellement certains ont pu trouver une place dans des logement de secours, qui parfois se révèlent mieux que les anciens et pourraient devenir une solution à long terme. »

2015 : Collecte de médicaments pour Cuba

En octobre 2014, frère Alois est allé à Cuba, avec quelques frères, lors d’une étape du « pèlerinage de confiance » aux Caraïbes. Des prières ont eu lieu à La Havane et à Matanzas. Au retour, frère Alois disait aux jeunes réunis à Taizé : « Les Cubains, en particulier les jeunes, ont besoin de se sentir proches des jeunes des autres pays, et ils nous ont alors demandé de vous saluer tous. Pour eux, être sel de la terre veut dire prendre une option pour l’espérance. » En mars 2015, un frère est retourné dans ce pays pour approfondir les liens. Il a pu constater une carence de biens, notamment de médicaments. Un groupe de chrétiens anime un réseau médical de soutien aux populations défavorisées, avec des petits centres de santé dans les différentes régions du pays. A travers l’Opération Espérance, la communauté a décidé d’organiser une collecte de médicaments à envoyer à ce groupe à Cuba : Diclofenac (anti-inflammatoire), Doxycycline (antibiotique), aspirines, vitamines, glucosamine, amoxicilline, furosémide, céphalexin, dexchlorpheniramine (antihistaminique), ibuprofène.

Aide humanitaire à la Corée du Nord

En 2016, la communauté a invité deux médecins de l’Hôpital de la Croix Rouge de Corée du Nord à faire un stage de perfectionnement en France. Ces médecins ont passé trois mois à Paris et les frais de leur séjour ont été entièrement assumés par l’Opération Espérance. Entre 2007 et 2011, six autres médecins avaient aussi fait un stage d’un an en France.

Les premiers envois humanitaires dans ce pays ont été faits en 1998 et 1999 : plus de mille tonnes de farine de maïs avaient été envoyées pour la population qui souffrait après plusieurs années de sécheresse et d’inondations.

Depuis lors, tous les ans il a été possible de donner un signe de solidarité : lait et biberons pour les nouveau-nés, équipements médicaux et médicaments de base, notamment ceux qui ont été ramassés lors de la rencontre européenne à Berlin à la fin 2011 : des dizaines de paquets de médicaments, des centaines de stéthoscopes, thermomètres, boîtes de pansements, gaze, seringues et diverses fournitures médicales, également plusieurs grandes boîtes d’appareils chirurgicaux et deux stérilisateurs. L’Opération Espérance avait ajouté deux appareils concentrateurs d’oxygène neufs. Ce soutien a continué les années suivantes avec l’envoi d’appareils médicaux et de médicaments. La Croix-Rouge nord-coréenne en assume la distribution auprès d’hôpitaux et de cliniques rurales.

Un frère de la communauté, lui-même originaire de Corée du Sud, a, été plusieurs fois en Corée du Nord et il a parfois accompagné la distribution de l’aide alimentaire.

Au Sud-Soudan

A 25km au sud de Rumbek un village rassemble une cinquantaine de familles de lépreux venues de tout l’État des Lacs. Si le traitement médical stoppe définitivement la maladie et supprime toute contagion, les mutilations entraînent parfois de gros handicaps. La stigmatisation demeure très forte dans la société. Les lépreux ne peuvent pas rester dans leur milieu d’origine. Même s’ils n’ont pas été touchés par la maladie, leurs enfants ne sont pas accueillis dans les écoles. Le courage et l’espérance de ces familles qui ont redémarré une existence à partir de zéro dans un grand isolement et une immense précarité sont remarquables. L’Opération Espérance aide à construire un local pour les classes du primaire pour que les enfants puissent continuer à étudier même durant la saison des pluies.

La guerre civile, les exactions et le manque d’écoles ont empêché de nombreux jeunes de suivre une scolarité : les aider à développer leur potentiel est une priorité. La mise en place du Youth Opportunity Center veut être le signal fort de cet engagement. Sur un terrain qui abritait les stocks d’une ONG durant la guerre civile, l’Église veut développer un lieu d’accueil, d’animation et de formation ouvert aux jeunes de toutes origines. L’Opération Espérance a contribué à construire une salle polyvalente pour remplacer le chapiteau qui prend l’eau.

Voir aussi :
Visite d’un frère au Sud Soudan

En 2009, Taizé a fait imprimer un million de Bibles en Chine

Lors de la rencontre européenne qui a rassemblé 40.000 jeunes à Bruxelles fin 2008, frère Alois a annoncé que, répondant aux besoins des chrétiens de Chine, la communauté de Taizé allait faire imprimer en Chine un million de Bibles : 200.000 Bibles complètes et 800.000 Nouveaux Testaments avec les Psaumes. L’impression a été faite à Nanjing et de là, ces livres ont été acheminés par étapes successives à travers le pays, tout au long de l’année 2009.

En 2009, 2010 et 2011, la communauté de Taizé a soutenu aussi le travail biblique de l’Eglise protestante en Chine.

Au Burkina-Faso

Dans ce pays du Sahel où la saison sèche dure neuf mois d’affilée, la population se sert de puits à ciel ouvert qui sont souvent asséchés et les femmes sont obligées d’utiliser l’eau malsaine recueillie dans des bassins artificiels pendant la saison des pluies. Elles doivent parfois parcourir dix kilomètres pour trouver de l’eau et les rares puits qui existent deviennent causes de conflits à cause des longues attentes et de la rareté de l’eau. L’Opération Espérance soutient la perforation de puits et l’installation de pompes. Ces puits sont indispensables pour l’alimentation humaine et pour la prévention des maladies.

En 2010 l’Opération Espérance a encore soutenu un projet de fourniture de lait pour les enfants à l’hôpital de Nanoro, au Burkina-Faso.

Printed from: http://www.taize.fr/fr_article863.html - 21 October 2017
Copyright © 2017 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France