TAIZÉ

Allemagne, juin 2010

Visites et prières

 
En juin 2010, un frère a fait une série de visites en Allemagne. Il partage ici quelques unes de ses impressions.
JPEG - 16.1 ko

Berlin est pétillante de vie, on y rencontre des personnes aux origines les plus diverses. Certaines y vivent depuis longtemps, d’autres viennent d’arriver. Cette multiplicité se reflétait aussi dans la rencontre que des jeunes avaient préparée pour le dimanche après-midi. Depuis des années, une prière régulière a lieu le vendredi soir dans le quartier du Prenzlauer Berg. Jeunes et moins jeunes de toute la ville s’y rassemblent. Pour certains c’est un vrai point de référence depuis des décennies. Là, c’est « la maison, chez soi », un lieu où ils peuvent échanger avec d’autres leurs expériences .

JPEG - 22.1 ko

Depuis longtemps des jeunes de Berlin et des environs se retrouvent une ou deux fois par an pour un « après-midi de rencontre ». Cette année, la paroisse « Heilig Geist » (Saint Esprit) à Berlin-Moabit nous accueillait chaleureusement dans ses locaux. Ensemble avec la paroisse, nous avons commencé l’après-midi par la célébration liturgique qui comprenait aussi des chants de Taizé. Beaucoup de jeunes se trouvaient au milieu de l’assemblée, dans un bâtiment impressionnant. Certaines parties de l’Eucharistie étaient traduites en anglais pour que des jeunes venus d’autres pays puissent tout comprendre. Puis nous avons continué avec un entretien, des partages bibliques et des carrefours. Il y en avait pour tous les goûts ; certains répétaient les chants pour la prière du soir, d’autres prenaient un temps de silence ou réfléchissaient sur la place du silence dans la vie quotidienne. Nous nous sommes réunis pour le repas du soir dans la salle paroissiale où les échanges fusaient en de nombreuses langues. Le matin suivant, des élèves du Lycée Sophie Scholl à Berlin-Schöneberg se sont réunis dans la bibliothèque. Parmi eux, beaucoup étaient venus à Taizé dans le cadre de l’enseignement religieux à l’école. Leurs récits avaient éveillé la curiosité de leurs camarades, qui sont venus pour en savoir plus. Certains élèves racontaient combien leurs expériences avaient été importantes pour eux et comment ils essayaient de les mettre en pratique dans la vie de tous les jours : s’accueillir les uns les autres, des temps de silence au quotidien, la prière personnelle… Le soir une prière avait lieu dans l’église protestante de Berlin-Köpenick. Au cours de cet été, beaucoup de jeunes de Berlin passent à Taizé. Et on annonce déjà une nouvelle « Nuit de la lumière », qui aura lieu cette année le 21 novembre dans la cathédrale de Berlin.

JPEG - 22.7 ko

D’autres villes ont accueilli des rencontres : à Hildesheim, un petit café géré par le forum de la jeunesse, le « Kreuz-Bar », est ouvert à tous les élèves. Nous nous y sommes réunis le jeudi pour un partage biblique. À partir d’un passage de l’épître de saint Paul aux Romains et d’un paragraphe de la « Lettre de Chine », nous avons échangé sur ce que pourrait bien signifier « trier nos désirs ». Le jardin tout proche offrait un espace pour les partages en petits groupes. Tous se réjouissaient des premiers rayons de soleil et l’échange en était facilité. Pour la prière qui suivait, les jeunes avaient décoré l’église Heilig Kreuz (Sainte Croix) avec des briques contenant de nombreuses bougies, des tissus colorés et des icônes autour de l’autel. C’était une belle conclusion de l’après-midi et un encouragement à emporter avec soi la lumière dans son quotidien pour la transmettre, par sa vie, à des personnes vivant dans des situations d’obscurité.

Les communautés luthérienne et réformée avaient organisé à Moormeerland un « après-midi de rencontre ». Après un carrefour et un échange en petits groupes dans la maison de la communauté luthérienne, les « Johanniter » locaux nous ont distribué de la soupe chaude. Ensuite nous nous sommes mis en route vers la paroisse réformée voisine dont l’église avait été préparée pendant l’après-midi. L’animation musicale était aussi soutenue par un accordéon et une contrebasse, des instruments qui font toujours partie du paysage musical dans cette région d’Allemagne.

JPEG - 22.7 ko

Le jour suivant, des jeunes du Schleswig-Holstein et de Hambourg se rassemblaient pour un après-midi à Preetz, à côté de Kiel. Là aussi, une prière régulière commencée par des jeunes a lieu depuis quelque temps. Des bougies rappelaient la lumière du Christ qui toujours nous accompagne jusque dans nos obscurités. Pendant la soirée, les chants se poursuivaient longtemps. Près de la sortie, ceux qui le souhaitaient pouvaient se faire bénir.


Chercher la présence du Christ dans le quotidien

Pendant le mois de novembre 2009 il y a eu, à travers toute l’Allemagne, près d’une centaine de prières appelées « Nuits de la Lumière » avec les chants de Taizé, souvent préparées ensemble avec les responsables de la pastorale de jeunes de différentes confessions. Deux frères ont voyagé et ont participé à une vingtaine d’entre elles. L’un d’entre eux écrit.

« Nous ne pouvions pas être présents partout, mais par nos visites nous voulions dire aux jeunes qui ont préparé la prière et à tous ceux qui sont venus y assister, que nous partagions leur recherche de ce qui peut soutenir la foi en Christ au quotidien.

Beaucoup de ceux que j’ai rencontrés dans les différentes villes étaient venus à Taizé l’année dernière. Un séjour à Taizé est souvent un temps fort, hors du temps et des activités habituelles, mais qui permet de se poser ensemble la question de ce qui peut soutenir la vie quotidienne. Certains, de retour à la maison, trouvent une aide dans les chants méditatifs qu’ils ont connus à Taizé. Ils prient régulièrement en petits groupes dans leur paroisse ou leur groupe de jeunes.
Les prières de novembre étaient souvent l’occasion pour les différents groupes d’une ville ou d’une région de se retrouver dans une église plus grande, de se connaître, d’envisager un nouveau voyage l’année prochaine. D’autres se préparaient pour aller à la rencontre européenne de Poznań. A l’occasion de plusieurs prières, des jeunes Polonais sont venus inviter à participer à cette rencontre.

Partout, il y avait aussi des jeunes qui ne connaissaient pas Taizé. Un soir après la prière, une fois que tout était rangé et que ceux qui avaient préparé les lieux s’apprêtaient à refermer l’église, un jeune est entré avec un peu d’hésitation et a demandé « des choses comme ça, il y en aura encore une fois, ici ou ailleurs ? ». Ainsi, ces prières permettent aux uns de se retrouver et aux autres de découvrir quelque chose de nouveau. Toujours, elles sont un signe visible : des gens de tous âge, origine, contexte social, qui cherchent la présence du Christ, peuvent contribuer à changer le visage de leur ville. »

Annamaria, de Weimar, a participé à une de ces prières. Elle écrit :

A Weimar, une prière avec les chants de Taizé a eu lieu un peu en dehors de la ville, à l’église St Boniface de Schöndorf. Les jeunes de Weimar avaient installé des bougies et disposé des tentures rouges et orange partout dans l’église. Seules les bougies éclairaient l’église, ce qui lui donnait une atmosphère particulière.
Pour introduire la prière, les chants de Taizé ont été joués au violoncelle et au saxophone. Il est venu plus de gens que prévu : beaucoup de jeunes, mais aussi de jeunes adultes et des gens plus âgés. Nous avons entonné les chants de Taizé et j’ai tout de suite ressenti l’ambiance calme et reposante. Entre les chants, des prières recitées, des intentions de prière et des méditations poussaient à la réflexion et aidaient à se tourner vers Dieu. C’était beau de chanter les chants avec les jeunes et tous les participants, et de faire silence ensemble, ce qui créait une sorte de communion. Après la prière, un frère a dit quelques mots et certains d’entre nous se sont retrouvés pour un échange et pour le dîner. Au final, ce fut une très belle prière qui permit de couper avec le quotidien.

Dernière mise à jour : 30 août 2010
Voir aussi :