Chili

Nouvelle étape du pèlerinage de confiance

Un printemps pour l’âme du Chili

Au début du mois d’octobre, deux frères sont partis de Taizé. Destination : le Chili, pendant un mois, pour donner un nouveau souffle au Pèlerinage de confiance que nous avons vécu en décembre 2010.

"El Alma que anda en amor, ni cansa ni se cansa".
"L’âme qui brûle d’amour ni fatigue, ni ne se fatigue".

Ils arrivent sur le sol d’un Chili éprouvé par des situations politiques et sociales difficiles, marquées principalement par le conflit étudiant, au cours duquel des milliers de jeunes sont sortis dans les rues pour exiger une éducation gratuite et de qualité pour tous. En outre, de nombreuses demandes sociales se sont fait sentir ces jours : la famille, la non-discrimination, l’environnement, les minorités, etc.. C’est un temps de demandes légitimes, mais aussi de lamentables violences.

Mais c’est également au Chili le mois du printemps, de la floraison, de la renaissance de la nature, une saison où les rues se remplissent de couleurs. Le soleil se fait plus présent, nous enveloppant peu à peu de sa chaude accolade.

Je crois que les frères ne sont pas arrivés en cette période si contrastée par hasard. Ces temps-ci, je me rappelle quelque chose qui a toujours attiré mon attention, l’incroyable phénomène qui permet qu’une seule graine, petite et simple, peut contenir une beauté aussi grande qu’une belle fleur ou un arbuste touffu.

Je pense à cela maintenant quand je vois que quelques jeunes, marqués par l’expérience du Pèlerinage de confiance, se consacrent à la prière, à la contemplation et à l’écoute de la parole de Dieu. Plusieurs de ces jeunes gens vivent en première ligne les révoltes sociales de ces jours et trouvent dans la prière un sens à leur vie, à partir de l’Évangile, pour leurs recherches et nécessités quotidiennes.

Certes, ce ne sont pas des rencontres massives, comme celles que nous aimons partager, mais plutôt des rencontres en petits groupes, comme une graine. Grâce à Dieu, cette graine peut devenir un arbuste touffu qui abrite et couvre de son ombre tous ceux, nombreux, qui demandent aujourd’hui justice, liberté, amour, ou encore qui cherchent un chemin qui leur donne la paix du cœur.

Un beau signe, silencieux, fleurit en ces jours dans la gare centrale, et sur la Pointe de Tralca, et à la « Llegua », ou encore dans les zones nord et sud de Santiago, récemment à Quillota, à Vina del mar, Valparaiso et dans tant d’autres endroits que peut-être nous n’avons pas encore découverts. Il y a un grand besoin de donner un sens à tout ce qui se passe au Chili et dans la vie de chacun de nous. Discrètement et simplement, ce besoin est lié à l’espérance d’être accueillis par le regard aimant de Jésus-Christ.

Ceux qui ont pu recevoir cet appel ont reçu le défi de collaborer et ainsi d’être partie prenante d’un vrai Pèlerinage de confiance sur la Terre. Les frères rentreront à Taizé au début de novembre et emporteront certaines de ces fleurs d’un printemps du cœur. Nous suivrons au sein de ce jardin, planté au milieu de la lutte et des circonstances actuelles du Chili, mais qui fleurit seulement avec la lumière de Dieu, lui qui sait aimer. Lui qui nous confirme, comme dans le chant, que « l’âme qui brûle d’amour, ni ne fatigue ni ne se lasse ».

Printed from: http://www.taize.fr/fr_article13028.html - 19 August 2019
Copyright © 2019 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France