Textes bibliques commentés

Ces courtes méditations bibliques sont proposées pour soutenir une recherche de Dieu au cœur de la vie quotidienne. Il s’agit de prendre un moment pour lire en silence le texte biblique suggéré, accompagné du bref commentaire et des questions. On peut se réunir ensuite en petits groupes de trois à dix personnes chez l’un ou l’autre des participants pour un bref partage de ce que chacun a découvert, avec éventuellement un temps de prière.

JPEG - 31.8 ko

2021

janvier

Je suis la Vie : Jean 11, 21-27
Marthe dit à Jésus : » Seigneur, si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort ! Mais je sais que, maintenant encore, tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te le donnera. » Jésus déclara : « Ton frère ressuscitera. » Marthe répondit : « Je sais qu’il ressuscitera lors de la résurrection des morts, au dernier jour. » Jésus ajouta : « Moi je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, même s’il meurt ; et celui qui vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? » – « Oui, Seigneur, déclara-t-elle, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, celui qui vient dans le monde. » (Jean 11,21-27)

Quand Jésus arrive à Béthanie, quatre jours après la mort de Lazare, sa sœur Marthe va à sa rencontre. Ayant auparavant informé Jésus que Lazare était malade, elle l’attend avec impatience, avec sa sœur Marie. « Si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort ! » lui dit-elle à brûle-pourpoint. Elle ne comprend pas pourquoi Jésus a pris tellement de temps. Puis elle ajoute cette phrase intrigante : « Mais je sais que, maintenant encore, tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te le donnera. » En Palestine au premier siècle, les croyants juifs ne se faisaient pas tous la même idée concernant la résurrection.

Certains, comme les Sadducéens, niaient complètement la possibilité d’une résurrection, ou du moins le fait qu’on pouvait en dire quoi que ce soit. D’autres, comme les Pharisiens, y croyaient à une résurrection mais n’étaient pas tous d’accord sur sa signification, par exemple si tout le monde ressuscitera ou si elle concerne notre être tout entier, corps et âme.

Que veut alors dire Marthe, en disant que Dieu donnera à Jésus tout ce qu’il demande ? Jésus devrait-il, selon elle, ressusciter Lazare d’entre les morts ? L’échange qui suit semble l’exclure. Quand Jésus répond : « Ton frère ressuscitera », elle dit « Je sais qu’il ressuscitera lors de la résurrection des morts, au dernier jour ». Marthe croit à la résurrection au dernier jour et pourtant, avec son frère gisant dans la tombe, elle parle comme si tout n’était pas fini, même en ce moment. Elle semble croire une chose et puis et en même temps, grâce à ce qu’elle a vu et connu de Jésus, aller au-delà de ce qu’elle croit consciemment.

La réponse de Jésus à Marthe est une des phrases les plus étonnantes, les plus incisives de tous les évangiles. « Je suis la résurrection et la vie », lui dit Jésus. Avec Jésus, la résurrection entre dans le présent. « Je suis. » Ces mots sont lourds de sens, évoquant les paroles de Dieu à Moïse au chapitre 3 du livre de l’Exode, lors du récit du buisson ardent, « je suis qui je suis ». Le même Dieu est présent et à l’œuvre ici et maintenant, en Jésus. Jésus poursuit : « Celui qui croit en moi vivra, même s’il meurt ; et celui qui vit et croit en moi ne mourra jamais. » Ce n’est pas une phrase facile à saisir, mais nous pouvons la comprendre en réalisant que le mot « mourir » est utilisé ici de deux façons différentes. D’abord (« s’il meurt ») il se réfère à la mort physique. Ensuite il s’agit de la séparation ultime d’avec Dieu et d’avec la vie, après la mort physique (« ne mourra jamais »). Si tu crois en moi, dit Jésus, tu commenceras une vie nouvelle dès maintenant. La résurrection n’est pas seulement pour plus tard. Et quand tu mourras tu ne seras pas séparée de Dieu, ni de la vie, donc tu vivras.

« Crois-tu cela ? » demande Jésus. Marthe répond que oui, mais puis elle va plus loin, faisant allusion non pas à ce qu’il dit mais à celui qu’il est. Oui, dit-elle, « je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, celui qui vient dans le monde ». Jésus parle sans ambages. Il nous parle de choses importantes mais nous devons nous rendre compte que ces choses sont à la limite de ce qu’on peut imaginer et croire. Dieu doit nous y faire enter, pas à pas, comme il a fait avec Marthe et Marie.

- Comment décrirais-tu foi de Marthe ? Qu’a-t-elle vue en Jésus afin de lui parler comme elle le fait ?

- Où en es-tu, personnellement, dans ta foi à la résurrection ? Ce récit t’aide-t-il à faire un pas de plus ? Lequel ?



Autres méditations bibliques :

Printed from: http://www.taize.fr/fr_article170.html - 18 January 2021
Copyright © 2021 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France