Textes bibliques commentés

Ces courtes méditations bibliques sont proposées pour soutenir une recherche de Dieu au cœur de la vie quotidienne. Il s’agit de prendre un moment pour lire en silence le texte biblique suggéré, accompagné du bref commentaire et des questions. On peut se réunir ensuite en petits groupes de trois à dix personnes chez l’un ou l’autre des participants pour un bref partage de ce que chacun a découvert, avec éventuellement un temps de prière.

JPEG - 31.8 ko

2020

juillet

Je ne prétends pas avoir déjà atteint le but ou avoir déjà été conduit à la perfection. Mais je poursuis ma course pour m’efforcer de le saisir, car j’ai moi-même été saisi par Jésus Christ. Non, frères et sœurs, je ne pense pas l’avoir déjà atteint ; mais je fais une chose : j’oublie ce qui est derrière moi et je m’élance vers ce qui est devant moi. Ainsi, je cours vers le but afin de gagner le prix que Dieu, par Jésus Christ, nous appelle à recevoir d’en-haut. (Philippiens 3, 12-14)

Avez-vous déjà fait un de ces rêves où vous essayez de courir mais où vos jambes sont si lourdes que vous n’atteignez pas le but ? Dans ce passage de la Lettre aux Philippiens, l’apôtre Paul décrit son existence comme une course. Pour lui, être en mouvement ne semble pas être un problème.

Paul était en prison, probablement à Éphèse, quand il a écrit sa Lettre aux Philippiens. Cela faisait vingt ans que le Christ ressuscité l’avait rencontré et l’avait appelé à son service. Et Paul aurait pu être fier de ce qu’il avait accompli en tant qu’apôtre. Mais il note : « Je n’ai pas encore atteint le but ». Il ne se considère pas comme ayant atteint le but. Il continue à « courir ».

Le mot que Paul utilise signifie littéralement « courir après ». Les persécuteurs « courent après » ceux qu’ils veulent détruire, comme l’avait fait Paul lorsqu’il persécutait l’Église. Mais le même mot exprime aussi l’énergie que vous mettez dans la poursuite du bien, comme le dit un psaume : « Cherchez la paix et poursuivez-la » (Psaume 34, 14), et comme le fait maintenant Paul, en poursuivant de toutes ses forces l’union avec le Christ.

Comment Paul peut-il ne pas être frustré de courir pendant vingt ans sans atteindre le but ? C’est le Christ qui fait la différence. Paul dit : je n’ai pas encore trouvé ce que je cherche, mais le Christ a déjà ce que je cherche. Il y a une dissymétrie fondamentale : alors que Paul court encore pour gagner le prix, le Christ a déjà terminé sa course et il a gagné. Le Christ a adopté Paul – et nous aussi, et toute l’humanité.

Paul raconte le secret de sa technique de course : « oublier ce qui se trouve derrière lui » et « s’efforcer d’aller de l’avant ». « Oublier ce qui se trouve derrière » est un thème biblique souvent lié au pardon. Le pardon de Dieu libère les gens du fardeau d’un passé malfaisant. Dieu dit : « Je ne me souviendrai plus de leurs péchés » (Jérémie 31, 34), et ajoute en conséquence : « Ne te souviens pas des choses passées (...), car je suis en train de créer toutes choses nouvelles » (Ésaïe 43, 18-19).

La permission d’ « oublier ce qui se trouve derrière » rend nos pas légers. Mais oublier le chemin parcouru nous rend aussi pauvres : nous nous révélons comme étant des personnes qui viennent de commencer, des débutants, des novices. Au IVe siècle, l’évêque Grégoire de Nysse écrivait que nous « allons de commencement en commencement par des commencements qui n’ont pas de fin ». Il y a de la fraîcheur dans les commencements toujours nouveaux. Mais ils signifient aussi qu’on ne peut jamais dire qu’on a réussi.

Dans la technique de course de Paul, « oublier ce qui se trouve derrière » va de pair avec « s’élancer vers ce qui est devant ». Le présent compte, mais l’avenir aussi. La vie présente est une course et une lutte, mais elle est allégée et accélérée par le désir de ce qui est à venir : vivre avec le Christ, et les uns avec les autres.

Quand nous nous fatiguons et que nos pas deviennent lourds, ne nous décourageons pas. Admettons que nous ne sommes pas des gens qui ont réussi. Nous sommes toujours en mouvement, comme le disent les Propositions pour 2020. Osons être des débutants, « en oubliant ce qui se trouve derrière nous ». Et que le feu de l’Esprit Saint allume en nous cet amour qui nous fait nous hâter « vers ce qui est devant nous ».

- Quel est mon but ? En quoi est-ce que j’investis mon énergie ?

- Qu’est-ce qui peut rendre nos pas plus légers afin de courir mieux ?

- Est-ce que j’ose être débutant, me trouver toujours et encore au commencement ?

- Que faut-il rappeler du passé, que vaut-il mieux oublier ?



Autres méditations bibliques :

Printed from: http://www.taize.fr/fr_article170.html - 14 July 2020
Copyright © 2020 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France