Textes bibliques commentés

Ces courtes méditations bibliques sont proposées pour soutenir une recherche de Dieu au cœur de la vie quotidienne. Il s’agit de prendre un moment pour lire en silence le texte biblique suggéré, accompagné du bref commentaire et des questions. On peut se réunir ensuite en petits groupes de trois à dix personnes chez l’un ou l’autre des participants pour un bref partage de ce que chacun a découvert, avec éventuellement un temps de prière.

JPEG - 31.8 ko

2022

mai

2 Pierre 1, 16-21 : Le chemin de la confiance
Ce n’est pas avec des légendes habilement imaginées que nous vous avons fait connaître la venue avec puissance de notre Seigneur Jésus Christ : c’est de nos propres yeux que nous avons vu sa grandeur ! Il a reçu, de la part de Dieu le Père, honneur et gloire, quand une voix, portée par la gloire majestueuse, lui parvint : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je mets toute ma joie. » Cette voix, nous l’avons entendue nous-mêmes qui venait du ciel, lorsque nous étions avec lui sur la montagne sainte. Ainsi, nous considérons comme plus solide encore la parole des prophètes. Vous ferez bien d’y prêter attention : elle est pareille à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour paraisse et que l’étoile du matin se lève dans vos cœurs. Avant tout, sachez bien ceci : personne ne peut interpréter de lui-même une prophétie de l’Écriture. Car aucune prophétie n’a jamais relevé de la seule volonté humaine, mais c’est parce que l’Esprit saint les portait que des personnes ont parlé de la part de Dieu. (2 Pierre 1, 16-21)

Pierre, disciple de Jésus, a vu pour un instant la gloire de celui-ci, ensemble avec deux de ses compagnons. Ils ont entendu la voix de Dieu dans l’éclat de son rayonnement. C’est un événement que les évangiles nous racontent aussi, « la transfiguration du Christ ». (Marc 9, 2-10 ; Luc 9, 28-36 ; Matthieu 17, 1-13). Comme pour d’autres récits bibliques, l’événement est confirmé par la multiplicité de témoins ; loin de toute fiction, l’expérience de Dieu que les disciples nous racontent se passe dans l’histoire, dans leur vie concrète.

Probablement nous aimerions tous avoir part à une expérience directe de Dieu, parce que nos sentiments et nos expériences sont une dimension nécessaire de notre vie. Ce sont des possibilités de nous réjouir. « Quant à nous, nous ne pouvons pas renoncer à parler de ce que nous avons vu et entendu » (Actes 4, 20). Comme pour les disciples, les expériences prises au sérieux deviennent des exigences.

Ces mêmes disciples peuvent devenir des témoins pour nous aujourd’hui, parce que leur expérience de Jésus est humaine, elle entre par les yeux et par les oreilles. Pierre écrit : « c’est de nos propres yeux (…) nous l’avons entendue nous-mêmes » (v. 18).

Pour apprendre quoi que ce soit, nous sommes appelés à faire confiance dans l’expérience des autres. C’est ainsi que Pierre invite à faire confiance dans son expérience, sans prétendre qu’elle soit incontestable. En l’écoutant, nous pouvons accéder à une connaissance de Jésus, et nous apprenons que Dieu met sa joie en lui (v. 17). La joie est une expérience que nous connaissons, nous l’avons peut être entendue et vue, ou au moins souhaitée. De son côté, Jésus, qui reçoit cette joie de Dieu, a promis à ses amis : « Votre cœur se réjouira, et personne ne vous enlèvera votre joie » (Jean 16, 22). La joie devient piste, orientation, ou même confirmation de l’expérience que nous pouvons faire de Dieu.

Pierre témoigne aussi de la solidité des paroles des prophètes. Croire aux dires de quelqu’un peut sembler naïf, mais c’est une expérience humaine fondamentale parce que personne ne peut nous obliger à faire confiance. La liberté est la condition d’une vrai confiance, et ainsi des relations peuvent naître et grandir.

De nos jours, nous avons un souci constant à propos de la solidité des informations. L’information circule vite. Le « fake news » abonde. La confiance est trahie, et l’angoisse, l’indifférence, tout ce qui s’oppose à la joie apparaît. Vivre de l’inspiration de la foi de Jésus peut devenir un fait à devoir justifier, ou à rectifier en permanence, et la joie s’éloigne déjà de l’horizon.

Pierre nous avertit que « personne ne peut interpréter de lui même une prophétie » (v. 21), que toute révélation vient de Dieu par son Esprit. L’Esprit, qui peut faire de tous des prophètes (cf. Joël 3, 1), devient pour nous garant de cette joie, même au milieu de la méfiance et de la tristesse. Une invitation découle de ce texte biblique : faire confiance aux autres et à l’action de l’Esprit capable de nous faire participer à la joie de Dieu (cf. Luc 10, 21 ; Galates 5, 22).

- Quelles sont les joies que j’ai ressenties ces derniers jours ? Qu’est-ce que ces expériences peuvent m’apprendre ?

- Que veut dire pour moi avoir une relation personnelle avec Dieu ?

- Pour oser prendre le chemin de la confiance, quelles initiatives pourrais-je prendre dans ma vie quotidienne ?



Autres méditations bibliques :

Printed from: https://www.taize.fr/fr_article170.html - 22 May 2022
Copyright © 2022 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France