Week-end d’amitié islamo-chrétienne à Taizé

Témoignages de frère Alois et de jeunes participants

Dimanche 7 mai en fin d’après-midi, au cours du week-end d’amitié islamo-chrétienne, plusieurs jeunes ont donné leur témoignage sur la rencontre dans le cadre d’une émission diffusée via “Facebook Live”, animée par Thomas de Limoges, membre de l’association “Coexister”, avec la participation de frère Alois. Voici quelques-uns des témoignages exprimés à cette occasion.

 [1]

Romaric

Quand je suis arrivé à Taizé ce vendredi soir très tard j’étais fatigué. Je suis arrivé à 1h du matin et j’y ai tout de suite retrouvé un ami. Je l’ai accompagné pour aller préparer son tapis de prière parce qu’il est musulman - il s’appelle Abdel Aziz et là, nous avons eu une longue discussion pendant laquelle j’ai eu le profond sentiment qu’il comprenait ce que je vivais. C’était quelque chose d’extrêmement fort et qu’on vit assez peu souvent : cette compréhension totale. Ce phénomène s’est répété tout au long de ce weekend, dans les différents témoignages, les temps de discussions, etc. Et si je devais décrire la magie de Taizé, je parlerais bien sûr du lieu mais surtout des personnes qui viennent - des pèlerins existentiels qui, pour avancer dans leurs différentes croyances et leur foi vont se mettre totalement à l’écoute de l’autre et essayer de comprendre l’autre. Je suis arrivé fatigué ; je repars en m’étant fait un frère.

Pierre

Je pense que c’est très important aujourd’hui de mieux se connaître les uns les autres, tout spécialement entre frères chrétiens et musulmans. Nos religions sont si proches et je l’ai bien découvert pendant ce weekend : nous avons les mêmes origines, les mêmes valeurs dont l’une des plus importantes : la paix. Nous avons besoin, dans notre société, de dialogue entre croyants de différentes religions et d’abord nous devons parler entre chrétiens et musulmans. J’ai beaucoup appris sur l’islam ici. Nous avons entendu plusieurs témoignages sur différentes initiatives de partage entre chrétiens et musulmans. Je veux maintenant m’impliquer dans ce type d’initiatives et je pense que c’est très important : c’est le futur.

Aziz

A Toulouse, j’ai la chance d’être le président du pôle jeunes de la société Saint Vincent de Paul. Ce week-end à Taizé est une belle découverte pour moi. Ce qui m’a marqué en seulement deux jours c’est de voir la quête de Dieu, la soif de Dieu, qui rayonne en tous ces jeunes, chrétiens ou musulmans. Les jeunes que je rencontre sont avant tout des chercheurs de Dieu, des passionnés de Dieu, des amoureux de Dieu. Il est bon de rencontrer toute cette jeunesse qu’on voit malheureusement très peu dans le monde - mais qui existe. Donc Taizé pour moi c’est cette source d’eau vive, cette source d’espérance dans la jeunesse.

Cécile

J’étais déjà venue à Taizé il y a longtemps quand j’étais au lycée et ça faisait un moment que je voulais revenir. Du coup, le weekend islamo-chrétien me parlait beaucoup car c’est un sujet qui m’intéresse personnellement. Je fais partie de “Coexister” qui proposait de faire le voyage ensemble. Et je ne regrette pas d’être venue parce que c’est très enrichissant. On a eu beaucoup d’ateliers et de moments d’échange avec des personnes qui parlent de leurs relations entre musulmans et chrétiens. Il est bon de voir tout ce qu’on peut créer entre personnes de croyances et de religions différentes. Maintenant il nous reste à partager ces témoignages autour de nous et à les mettre en pratique dans nos vies.

Nadia

En tant que musulmane, j’aime venir à Taizé parce que l’ambiance spirituelle me plaît beaucoup. Quand j’étais venue il y a deux ans, je ne pensais pas que j’allais autant aimer parce que je me disais que j’allais être dans un univers chrétien et au final c’est le côté spirituel qui est ressorti. Je ne pensais pas que j’allais entrer aussi bien dans l’ambiance et me sentir à ma place, tout simplement. Tout au long du weekend, j’ai apprécié les interactions, tous ces sourires, les chrétiens qui posaient des questions aux musulmans et inversement - chacun cherchant à connaître l’autre.

Frère Alois

J’ai été impressionné, cet après-midi, de rencontrer le Cheikh Khaled Bentounès. J’ai aimé qu’il souligne que Dieu nous parle et que nous pouvons goûter, entendre Dieu en tout... Prendre au sérieux la créature comme messager de Dieu - je trouve cela très fort. Je pense que c’est quelque chose que nous avons peut-être un peu oublié dans notre foi chrétienne, mais qui revient maintenant avec l’écologie notamment. Je pense que nous avons là un champ que nous pouvons continuer de partager largement, cette attention à la création.

Je voudrais aussi dire merci à tous ces musulmans qui sont venus et qui nous ont fait confiance. C’est une grande marque de confiance de venir ici, dans un lieu chrétien, un vrai pas à franchir. Nous en sommes profondément touchés.

Mehdi

Il y a deux semaines, je ne savais même pas que Taizé était en France. Je connaissais le nom, mais je n’avais aucune idée de ce que ça représentait. Au sein de mon association d’étudiants musulmans à Toulouse, nous avons été invités à participer à cette rencontre. Lorsque je suis arrivé, j’ai été profondément touché par l’accueil. Une salle de prière avait été préparée, avec des tapis et le micro dans la direction de la Qibla. J’ai toujours été très soucieux de l’échange interreligieux et du rapprochement humain qui en découle. Venir à Taizé m’a conforté dans l’idée que chrétiens et musulmans peuvent se rapprocher sur l’essentiel, sur l’amour de Dieu que nous partageons tous.

Blandine

Ce week-end a dépassé toutes mes attentes. J’ai découvert des choses extraordinaires. Ce qui était très beau c’est qu’on s’est mutuellement accueillis, chrétiens et musulmans. Je me suis sentie profondément accueillie et ce qui est magnifique c’est que quand on est vraiment accueilli et on est complètement transformé. Donc je vais repartir de cette rencontre transformée, en ayant découvert une spiritualité magnifique. (...) Je repars d’ici en me sentant témoin de cette amitié qui commence à naître et qui va nous mener loin. J’ai aussi conscience de l’importance aujourd’hui de construire des ponts entre nos différentes religions et spiritualités, entre nos différents pays. C’est toujours ce qu’on fait à Taizé, et je pense que c’est encore plus important à l’heure où certains nous incitent à construire des murs et à nous séparer.

André

J’ai été particulièrement touché par les quelques chants en arabe pendant les offices, comme « Ubi caritas » (Haythu-l mahabba wa-l mawada, haythu-l mahabba fa-hounaka’llah), c’était une belle découverte. Il est bon de nous souvenir que l’arabe est une langue que parlent tant des chrétiens que des musulmans, des athées et d’autres. La fraternité humaine est une réelle chance pour moi de créer des ponts vers l’autre. Je crois qu’avec tout ce qui se passe de nos jours, il faut plus que jamais créer des ponts et aller vers l’autre, oser dépasser nos propres préjugés. Je crois qu’en tant que jeunes aujourd’hui, il nous faut nous engager pour plus de vivre ensemble.

Karima

C’est ma première visite à Taizé et jamais je n’avais pensé que je ressentirais ce que j’ai ressenti durant ce week-end. En tant que musulmane, j’ai vraiment découvert que Taizé est un lieu pour moi, où j’ai pu expérimenter la compassion de Dieu. (...) Pendant ce week-end, j’ai été touchée par certaines personnes rencontrées et particulièrement par des réfugiés qui viennent de pays en guerre ; ils expliquaient que dans leur pays, ils ne peuvent pas vraiment vivre ensemble, musulmans et chrétiens. (...) Je vais rentrer demain à Toulouse pleine de joie et de bonheur – merci pour toutes ces choses incroyables qui se sont passées ce week-end.

Thomas

Pour moi, Taizé est le lieu des questions et des réponses, c’est pourquoi j’aime venir ici : cela m’apporte souvent de très profondes questions mais on peut aussi y trouver d’importantes réponses. Il y a quelques mois, l’un de mes amis, qui est athée, m’a dit : « Tu me dis que juifs, chrétiens, musulmans sont frères mais si vous êtes frères pourquoi ne pouvez-vous pas avoir tous la même histoire au sujet d’Abraham ? » Et je n’étais pas capable de répondre à ce moment-là. Hier, j’ai participé à l’atelier animé par une professeure d’hébreu. Elle a répondu à la question en disant : « Pouvez-vous essayer de vous souvenir de vos vacances avec votre frère dix ou quinze ans plus tôt ? Si vous y arrivez, vous aurez une histoire et votre frère aura une autre histoire même si vous avez passé les mêmes vacances – c’est la même chose pour l’histoire d’Abraham. » Et donc merci à elle pour ce carrefour et merci à Taizé d’avoir organisé ce week-end pour pouvoir répondre à mon ami à mon retour.



[1Photo : Wiesia Klemens

Printed from: http://www.taize.fr/fr_article21949.html - 19 July 2019
Copyright © 2019 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France