Dans la prière, c’est Dieu lui-même qui nous accueille

Jeudi 26 juillet | Taizé, église de la Réconciliation

Ces derniers jours, j’ai rencontré ceux d’entre vous qui viennent des différents continents et qui restent ici pour tout l’été. Nous, les frères, nous sommes impressionnés par le nombre de pays représentés, par la diversité des Églises d’origine, et aussi par le lien, pour beaucoup, entre la foi et un engagement fort pour les autres.

Ce soir, nous avons entendu une très belle parole de Jésus adressée à ses disciples : « Là où deux ou trois se trouvent réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux. »

Cette parole nous donne de comprendre l’importance de ce que nous vivons ici, trois fois par jour, lorsque nous prions ensemble dans cette église. En effet, lors de chaque prière commune, c’est le Christ qui nous rassemble et nous réunit au-delà de toutes nos différences.

De semaine en semaine, un moment l’exprime tout particulièrement : c’est, le vendredi soir, la prière autour de la croix. Demain soir, à la fin de la prière, nous placerons au sol l’icône de la croix. Tous ceux qui le veulent pourront s’en approcher, poser leur front sur le bois de la croix et, par ce geste, remettre au Christ leurs fardeaux et ceux des autres.

Cette prière du vendredi soir nous permet de porter dans notre prière tous ceux qui traversent une épreuve dans leur existence : ceux qui souffrent dans leur âme ou dans leur corps, les malades, ceux qui ont dû quitter leur pays, les victimes des injustices de toutes sortes, ceux qui connaissent la solitude.

Parfois, il peut nous sembler difficile de formuler une prière avec des paroles. Alors ce qui est difficilement exprimable par des mots, nous pouvons le donner au Christ par un geste d’abandon tout simple, comme celui de nous approcher de la croix.

Dans la prière, c’est Dieu lui-même qui nous accueille et qui entre en relation avec nous. Il n’est pas nécessaire de rien laisser devant la porte, nous pouvons être vraiment devant lui tels que nous sommes. Osons cette confiance de tout confier au Christ, nous-mêmes et les autres !

Par un tel dialogue avec le Christ dans la prière, nous devenons aussi plus conscients de nos responsabilités pour les autres. En effet, une vie intérieure épanouie nous conduit nécessairement à un engagement très concret pour ceux qui nous sont confiés. Comme le disait le théologien orthodoxe Olivier Clément, un grand ami de Taizé, « rien n’est plus responsable que de prier ».


J’aimerais donc vous encourager à poursuivre ce dialogue de la prière lorsque vous serez de retour à la maison. Entrer dans une église pour prier dans le seul-à-seul, cela nous construit et nous fortifie intérieurement, sur la durée. Jésus n’a-t-il pas aussi donné ce conseil à ses disciples : « Quand tu pries, retire-toi dans ta chambre, ferme sur toi la porte et prie ton Père qui est là, dans le secret » ?

Nous rappeler tous les jours la présence du Christ peut aussi avoir une autre conséquence, celle de nous libérer de nos peurs – la peur d’autres personnes, la peur de l’avenir. Et même quand nous ne sentons pas sa présence nous pouvons nous tenir en silence devant lui, dans la confiance qu’il est là, comme un ami qui nous accompagne.

Après votre séjour ici, sans doute continuerez-vous aussi à ressentir l’importance de l’amitié avec d’autres. Certains d’entre vous se réunissent déjà régulièrement à quelques uns pour un temps de partage et de prière.

Et il serait beau que vous tous puissiez rejoindre votre Église locale pour la célébration du dimanche. Gardez alors en mémoire cette parole de Jésus : lorsqu’à deux ou trois vous vous réunissez en son nom, le Christ est là, au milieu de vous !


Je vous ai parlé, au début, de la présence des volontaires du monde entier. Certains sont ici pour l’été, d’autres restent avec nous toute une année. J’aimerais donner ce soir la parole à l’un d’eux, Hassan, qui nous vient de la Syrie, un pays qui traverse de grandes épreuves.

Bonsoir, je m’appelle Hassan. Je suis un jeune chrétien protestant de la Syrie. J’ai 26 ans et j’étudie la théologie au Liban. J’aimerais vous dire quelques mots de ma vie et de mon expérience de la prière.

J’ai vécu des événements difficiles dans ma vie, même avant la guerre en Syrie. Ma mère est morte quand j’avais 4 ans. Mon père est mort quand j’avais 12 ans. Et quelques années plus tard mon frère unique est mort la nuit de Noël ; j’avais 18 ans. Ma vie est faite de hauts et de bas. J’ai connu des moments de solitude et des moments de doute. Mais j’ai toujours eu l’habitude de prier.

Comme nous le lisons dans la Bible, quand Adam et Ève se sont séparés de Dieu, ils ont couvert leurs corps de feuilles de figuier et se sont cachés de Dieu. Mais quand nous prions Dieu, nous nous découvrons nous-mêmes et nos coeurs devant Dieu. Quand je prie, je ressens la présence de Dieu et sa paix dans mon âme.

Le mois dernier, je suis arrivé à Taizé où je fais l’expérience de la vie communautaire. Nous vivons, partageons et prions avec des personnes d’horizons différents. Nous prions aussi pour différents pays tous les soirs – la semaine dernière, nous avons prié pour la paix dans mon pays, la Syrie.

Dans deux semaines, je retournerai dans mon pays. Dans ma région, il est possible de voyager et de rendre visite à ma famille, mais dans d’autres parties de la Syrie, la situation est toujours très difficile et je vous demande à tous de garder mon pays dans vos prières. Maintenant, je voudrais dire la prière du Notre Père en arabe avec les autres volontaires du Moyen-Orient présents à Taizé.

Merci tout spécialement à Hassan et aux volontaires présents des différents pays du Moyen-Orient. L’an prochain, nous aurons une rencontre internationale de jeunes dans cette grande région. Ce sera au Liban, dans la ville de Beyrouth, en mars 2019.

Maintenant, Joana va lire tous les pays des jeunes à Taizé cette semaine, qui représentent une grande diversité de peuples, et les enfants vont distribuer des fleurs.


Il y a des fleurs pour ceux du Japon, Corée, Chine, Hong Kong, Cambodge, Indonésie, Timor oriental et Inde.
Pour ceux du Mexique, Guatemala, Salvador, Haïti, République dominicaine, Nicaragua, Panama, Colombie, Équateur, Bolivie, Brésil, Chili et Argentine.
Pour ceux de Grèce, Roumanie, Serbie, Bosnie-Herzégovine, Croatie, Hongrie, République tchèque, Autriche, Italie, Suisse, France, Espagne et Portugal.
Pour ceux de Russie, Finlande, Suède, Ukraine, Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Danemark, Allemagne, Pays-Bas, Belgique, Grande-Bretagne et Irlande.
Pour ceux d’Égypte, Liban, Syrie, Jordanie, Palestine et Irak.
Pour ceux du Canada, États-Unis et Australie.
Pour ceux du Sénégal, Burkina Faso, Togo, Tchad, Soudan, Soudan du Sud, Ouganda, Kénya, Tanzanie, Zimbabwe et Afrique du Sud.

Printed from: http://www.taize.fr/fr_article24601.html - 24 May 2019
Copyright © 2019 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France