La joyeuse radicalité de saint François d’Assise

Jeudi 11 juillet | Taizé, église de la Réconciliation

En cette première grande semaine de l’été, c’est une grande joie de vous voir si nombreux ici. Vous êtes venus de toute l’Europe, en particulier de l’Allemagne, des Pays-Bas et de la Suède, mais je voudrais aussi saluer tout spécialement les jeunes d’autres continents, de beaucoup de pays du monde. Certains d’entre vous vont rester à Taizé pour tout l’été comme volontaires. Bienvenue !

Cette semaine est très particulière, parce que nous accueillons un bel événement : une rencontre de plus de 200 jeunes franciscains du monde entier.


 [1]

Vous les reconnaissez à leur habit d’une couleur différente de la nôtre. Je remercie particulièrement leur responsable, frère Michael Perry, ministre général des frères mineurs, d’avoir invité ses frères pour cette semaine à Taizé.

Même si François d’Assise a vécu il y a longtemps, au Moyen Âge, il nous inspire jusqu’à aujourd’hui. Oui, il nous fascine par sa radicalité joyeuse de vivre l’Évangile.

Frère Roger aimait François d’Assise, il se référait souvent à lui. Et je voudrais mentionner quelques points qui nous relient à la famille franciscaine.

Le premier point commun entre nous, c’est l’importance de la vie communautaire pour suivre le Christ. Comme les premiers chrétiens, nous voudrions vivre le partage des biens et nous ressourcer constamment dans la prière commune. La vie nouvelle que Jésus a apportée est une vie de fraternité. Ensemble nous voulons être par notre vie un signe de l’amour de Dieu dans le monde d’aujourd’hui.

Le deuxième point, c’est qu’il est impératif de simplifier notre mode de vie pour vraiment devenir disciples de Jésus. Comment pourrions-nous suivre le Christ, qui s’est fait pauvre parmi les pauvres, en étant envahis par les biens matériels ? Bien sûr, il y a une pauvreté non choisie, la misère, qu’il faut absolument combattre. Mais en simplifiant notre existence, nous devenons solidaires de ceux qui ont très peu et nous restons attentifs à l’essentiel.

L’essentiel, pour saint François, c’est mon troisième point : la louange qui anime une vie intérieure intense. Oui, que chacune de nos prières laisse une large place à la reconnaissance et à la gratitude. Dans la louange, nous découvrons tout ce que Dieu nous donne pour avancer dans la vie. C’est un grand défi, mais saint François l’a relevé : même dans des moments de souffrance il savait rendre grâce se rappelant que Dieu est plus grand que tout. Les paroles de lui que nous chantons dans le chant Laudemus Deum, n°66, nous aident à entrer dans cette louange.

Enfin, saint François d’Assise a été un homme de dialogue. Il n’a pas hésité, par exemple, à vivre une rencontre – impensable pour son temps – avec un sultan musulman. À sa suite, nous voudrions avoir le courage de mettre notre foi en action dans un dialogue authentique avec des personnes qui pensent différemment de nous.

Pour finir je voudrais vous rappeler que nous avons à Taizé, un vitrail représentant saint François. Il se trouve dans la petite église romane du village, à gauche quand on approche du chœur. Il est un peu caché, mais cela vaut la peine de le chercher. Si vous y allez demain, soyez discrets, car cette église est à Taizé le lieu du silence et de la méditation.

Ce vitrail représente une facette très importante du message de François : son attention à la Création. Oui, comme un précurseur, il avait compris que les chrétiens ne pouvaient qu’être attentifs à tous les êtres vivants, qui sont pour nous un don de Dieu. Oui, veillons à prendre soin de notre merveilleuse planète, qui souffre tant aujourd’hui.

Alors nous pouvons tous dire un merci au cher frère Michael, merci à vous tous, franciscains du monde entier, pour votre témoignage. Sûrement ces jours vont encore nous donner quelques belles occasions d’entrer en dialogue.


Maintenant, Amayita va dire les noms de tous les pays à Taizé cette semaine, qui représentent une grande diversité de peuples, et les enfants vont distribuer des fleurs.

Il y a des fleurs pour ceux de la Guinée-Bissau, Togo, Bénin, Nigeria, Tchad, Congo, Burundi, Rwanda, Ouganda, Kenya, Tanzanie, Madagascar, Mozambique, Namibie et Afrique du Sud.

Pour ceux du Mexique, Guatemala, Salvador, Honduras, Haïti, Porto Rico, Costa Rica, Panama, Colombie, Venezuela, Équateur, Pérou, Bolivie, Brésil, Paraguay, Chili et Argentine.

Pour ceux du Canada, États-Unis et Australie.

Pour ceux de Russie, Finlande, Suède, Biélorussie, Ukraine, Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Danemark, Allemagne, Pays-Bas, Belgique, Royaume-Uni et Irlande.

Pour ceux de Roumanie, Bosnie-Herzégovine, Croatie, Hongrie, Slovaquie, République Tchèque, Autriche, Slovénie, Italie, Malte, Suisse, France, Espagne et Portugal.

Pour ceux d’Égypte, Jordanie, Territoires Palestiniens, Israël, Liban et Irak.

Pour ceux de Corée, Japon, Chine, Hong-Kong, Taïwan, Vietnam, Thaïlande, Philippines, Myanmar, Bangladesh, Timor-Leste, Inde, Pakistan et Sri Lanka.

[1Photo : Sophie Desproges-Gotteron

Printed from: http://www.taize.fr/fr_article26427.html - 15 November 2019
Copyright © 2019 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France