Messages reçus pour la rencontre


Le Pape François

Chers jeunes qui êtes réunis pour la 42ème rencontre européenne à l’initiative de la Communauté de Taizé, vous voici cette année en Pologne, patrie du Saint Pape Jean-Paul II.
Son successeur, le Pape François, vous accompagne de sa prière et il vous encourage à approfondir, au contact des chrétiens de Pologne, le thème que vous avez choisi pour ce rassemblement de Wrocław : « Toujours en route, jamais déracinés ».

La Pologne est un pays qui plonge ses racines dans la foi. Ce sont ces racines qui ont permis à ce peuple de tenir dans les grandes épreuves, quand l’espérance était mise à mal. Vous le découvrirez : il y a beaucoup à apprendre de ceux et de celles qui sont restés fidèles au Christ quand la tentation aurait été de céder à la facilité. Ces chrétiens ont osé croire à un autre avenir.

Puissiez-vous découvrir ensemble à quel point l’enracinement dans la foi vous appelle et vous prépare à aller vers les autres, à répondre aux défis nouveaux de nos sociétés, en particulier les périls qui pèsent sur notre maison commune. « Les racines ne sont pas des ancres qui nous enchaînent à d’autres époques et qui nous empêchent de nous incarner dans le monde actuel […] Elles sont, au contraire, un point d’ancrage qui nous permet de nous développer et de répondre à de nouveaux défis » (Christus vivit, n. 200).

Cherchant avec beaucoup d’autres, vous découvrirez qu’il y a beaucoup de joie à se mettre en route, parfois – comme Abraham – sans connaître à l’avance la destination. Soyez toujours prêts à de nouveaux départs, à témoigner de l’Évangile et à être pleinement présents à celles et ceux qui vous entourent, en particulier aux plus démunis et aux plus malheureux. « N’attendez pas demain pour collaborer à la transformation du monde avec votre énergie, votre audace et votre créativité […] Vous êtes l’heure de Dieu qui vous veut féconds » (Ibid., n. 178).

Le Saint-Père vous bénit tous, vous les jeunes, ainsi que les frères de la Communauté de Taizé, les familles et les paroisses qui vous accueillent. Que la foi de Marie, qui, elle aussi, partit « en hâte » (Lc 1, 39), soutienne l’élan de votre confiance en son Fils.

Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d’État de Sa Sainteté


Le Patriarche œcuménique Bartholomée

Chers jeunes,
Nous vous saluons très chaleureusement et vous félicitons d’avoir pris le temps et fait l’effort de participer à la 42e rencontre européenne organisée par la Fraternité de Taizé. En effet, dans un monde où les opportunités sont devenues presque infinies, le temps de la rencontre est d’autant plus précieux. Car la connaissance qui naît du mystère de la rencontre et de la découverte ne peut advenir dans l’empressement. Les réseaux sociaux nous proposent de connaître des profils, aujourd’hui vous faites le choix de la personne, dans l’exposition la plus entière de vous-mêmes. Les artifices sont réduits au minimum, car le déplacement, le voyage, pour ne pas dire le pèlerinage, vous obligent à un peu plus de vérité. Cependant, dans la vie de l’Église, les rencontres sont aussi des appels, des vocations. Le Christ a invité l’apôtre André à le suivre. Il a vu Nathanaël sous le figuier. Il est apparu à Paul sur le chemin de Damas. Tous ces épisodes ont en commun de rendre imminente la présence de Dieu dans la vie des apôtres. En tant que chrétiens nous sommes appelés à être des émissaires, des envoyés du Christ dans le monde.

Saint Jean le Théologien, au début de son Évangile a ces mots qui continuent à retentir avec puissance : « La Parole est venue dans son propre pays, mais les siens ne l’ont pas accueillie. Cependant à tous ceux qui l’ont reçue et qui croient en elle, elle a permis de devenir enfants de Dieu. Ils ne sont pas devenus enfants de Dieu par une naissance naturelle, par une volonté humaine ; c’est Dieu qui leur a donné une nouvelle vie. » (Jn 1, 11-13) Il est donc de notre devoir de nous faire les interprètes de la Parole, non seulement par des mots, mais en l’incarnant dans nos vies. Tel est le projet auquel vous vous joignez pendant ces quelques jours à Wrocław : faire l’expérience de la foi comme la promesse d’une vie nouvelle, c’est-à-dire qui transfigure celle qui nous a été donnée et s’offre totalement à l’union avec le divin.

Trente années nous séparent de la chute du « rideau de fer ». Le mur de Berlin s’écroulait en novembre 1989, faisant naître les espoirs les plus grands. La fin de la guerre froide, que certains interprétaient comme la fin de l’Histoire, a donné au projet européen un nouveau souffle, une nouvelle énergie, dont nous sommes encore les héritiers aujourd’hui. Peu d’entre vous se souviennent sans doute de ces événements, mais leur retentissement mondial marque encore profondément notre manière de voir et d’être au monde.

Il faut bien comprendre comment la destruction de cette cicatrice qui défigurait le visage de l’Europe a été un signe d’espoir pour toute une génération. Mais le processus de réconciliation n’a pas toujours été simple. Il y a certainement une leçon à tirer de cette expérience pour nous chrétiens de confessions différentes qui entendons œuvrer en faveur de la recherche de l’unité et de la communion. L’espoir est certainement ce à quoi il convient que nous nous attachions si nous sommes convaincus de l’indispensable chemin œcuménique qu’il nous convient de traverser ensemble.

Aussi, nous prions pour vous et vous bénissons. Que la grâce de l’unité rayonne en chacun et chacune d’entre vous, et qu’elle soit porteuse de l’espérance qui soutient la vie de l’Église, pour que vous soyez de dignes ouvriers de la vigne du Seigneur.


Le Patriarcat de Moscou

Cher frère Alois, chers frères et sœurs !

Au nom de sa Sainteté le patriarche de Moscou et de toute la Russie Cyrille, et en mon nom propre, je salue tous ceux qui sont rassemblés aujourd’hui a Wrocław pour la rencontre annuelle de jeunes chrétiens organisée par la communauté monastique de Taizé et je vous adresse tous mes vœux à l’occasion de la fête lumineuse de la Nativité du Christ et du nouvel an.

Le thème de la rencontre est, cette année, « toujours en route, jamais déracinés ». La lecture de l’Écriture Sainte nous encourage à aller de l’avant. Comme Abraham qui a tout laissé en réponse à l’appel de Dieu, comme le peuple hébreu à la suite de Moïse qui a cheminé pendant quarante ans dans le désert, comme les saints apôtres qui ont proclamé l’Évangile jusqu’au martyre, nous sommes aussi appelés à nous mettre en route sur le chemin de la vie spirituelle dont le but est le Christ.

Le chrétien doit se souvenir que sa patrie terrestre n’est qu’une antichambre de la ville céleste à laquelle il aspire. « Pour nous le ciel est notre demeure d’où aussi nous attendons le Sauveur notre Seigneur Jésus Christ. »

« Je suis le chemin, la vérité et la vie » dit le Seigneur (Jn 14,6). Le Sauveur ne nous indique pas seulement le chemin pour la vie éternelle mais nous propose de le parcourir ensemble avec lui car « nul ne vient au père que par moi » (Jn 14,6). Le chemin vers la vie éternelle n’est possible que dans le Christ et par lui.

Rassemblés en ce temps de Noël, vous avez la possibilité de participer à un évènement essentiel qui a changé pour toujours l’histoire de l’humanité. « Comme le soleil dont les rayons sont encore cachés mais dont la lumière éclaire déjà une partie de l’univers, ainsi le Christ, sortant du sein de la Vierge avant d’être révélé, illuminait déjà l’univers » écrit saint Jean Chrysostome.

Malheureusement, de nos jours, notre monde accorde de moins en moins d’attention à cette fête. Au moment de Noël, le nom du Christ est de plus en plus caché derrière les sapins, les décorations, les marchés et les achats dans les magasins. Défendre sa foi dans une société sécularisée est devenu un défi d’actualité pour chaque jeune chrétien. Étrangers sur cette terre et aspirant à une patrie céleste, nous devons aussi être conscient de notre place dans ce monde.

Soyez témoins du Christ et proclamez sa naissance et sa Résurrection. Efforçons-nous, au cours de l’année qui vient, de rassembler nos forces pour aller de l’avant sur le chemin du Sauveur en nous rappelant ces mots de l’apôtre Paul : « N’aie pas honte du témoignage à rendre à notre Seigneur, ni à moi son prisonnier, mais souffre avec moi pour l’Évangile, par la puissance de Dieu. »

Que la bénédiction de Dieu soit avec vous tous. Dans l’amour du Seigneur,

Hilarion, Métropolite de Volokolamsk, Président du Département des relations ecclésiales extérieures du Patriarcat de Moscou


L’Archevêque de York, John Sentamu, primat d’Angleterre

Alléluia ! Que Dieu vous bénisse à l’approche de la nouvelle année, et alors que vous vous réunissez pour la rencontre européenne de jeunes à Wrocław !

Votre thème, « Toujours en route, jamais déracinés », sonne juste pour tous ceux qui se sont mis en route à la suite de Jésus Christ. Lorsque saint Paul a prié pour les chrétiens à Éphèse et à Colosses afin qu’ils soient « enracinés et fondés dans l’amour », il savait, par ses nombreux voyages, que la « maison » n’était pas un lieu, mais une réalité profonde, la présence de Dieu parmi nous, par Jésus Christ et dans le don de l’Esprit Saint. Augustin l’a dit ainsi : « nos cœurs sont sans repos tant qu’ils ne reposent en toi ».

En ce début de 2020, puissions-nous tous être sans repos, audacieux et aventureux dans nos efforts en Christ, prêts à répondre à son appel, où qu’il mène. Et sur ce chemin, puissions-nous nous savoir profondément chez nous, au repos en Lui, fortifiés par l’Esprit Saint, pour toujours tenus dans l’amour du Père.

Et que grande soit votre joie à partager le Christ ensemble à Wroclaw cette semaine ! Et que l’Esprit Saint vous remplisse de grâce pour emporter cette joie avec vous, où que vous alliez.


Le Secrétaire Général du Conseil Œcuménique des Églises, Rev. Olav Fykse-Tveit

Alors que vous vous réunissez à Wrocław, en Pologne, pour la prochaine étape de votre pèlerinage de confiance, je veux, au nom de toute la communauté chrétienne mondiale, vous transmettre mes salutations, vous assurer de mes prières et vous encourager, vous et les milliers de jeunes qui vont s’y rendre.

Comme toujours, votre rencontre à Wrocław sera marquée par l’hospitalité et la spiritualité. Les jeunes pèlerins et les habitants traverseront les frontières sociales, culturelles et religieuses pour se rencontrer et partager une communion profonde avec Dieu. C’est un signe de vie nouvelle et un moment clé pour tous.

De plus, vous vous rencontrez juste après Noël, alors que nous méditons sur l’incarnation de Dieu en Jésus. En lui, nous apprenons que Dieu est avec nous, qu’il souffre avec nous, demeure avec nous et agit en nous. Peu importe où nous en sommes dans notre cheminement, nous ne sommes jamais déracinés de l’amour du Christ. Au début d’une nouvelle année, nous pouvons alors élever nos cœurs dans l’espoir sincère d’un jour nouveau, où les semences de la contemplation et de la solidarité peuvent animer les énergies créatrices de jeunes engagés, qui travaillent pour une vie meilleure pour tous en Europe.

Vous nous inspirez. L’expérience de Taizé illustre, à bien des égards, ce que nous continuons à trouver dans notre pèlerinage de Justice et Paix, à savoir que le cheminement lui-même constitue un appel à nous améliorer. En tant que disciples, nous sommes continuellement transformés par la rencontre avec Dieu et les uns avec les autres, désireux de briser les barrières – des nations, des origines, de genre ou de croyance – et de construire la communion. Selon le thème de notre prochaine assemblée, « l’amour du Christ nous conduit à la réconciliation et à l’unité ».

Le Christ n’est lié ou limité à aucune nation ou programme nationaliste. L’amour du Christ imprègne l’unique famille humaine, le monde, et même toute la création de Dieu. Toute discrimination ou exclusion contredit l’amour du Christ et met en danger ceux qui sont stigmatisés ou exclus. L’expérience du XXe siècle nous l’enseigne.

Nous prions pour que la rencontre de Wrocław reçoive toute bénédiction. Puisse cette nouvelle étape du pèlerinage de confiance de Taizé permettre à tous les participants de grandir dans l’amour du Christ et de dévoiler une aube nouvelle pour nous tous.


La directrice exécutive de la commission théologique de l’Alliance Évangélique Mondiale, Dr. Rosalee Velloso Ewell

À tous ceux qui sont à Wroclaw, un salut chaleureux au nom de notre Seigneur Jésus !

Je me réjouis de votre rassemblement et je rends grâce à Dieu de vous avoir tous réunis des quatre coins de la terre pour prier, étudier et réfléchir ensemble à ce que signifie être toujours en mouvement, mais jamais déracinés.

Nous sommes dans la période de Noël - réjouissons-nous parce que le Christ est venu ! Comme Jésus, même si nous traversons la vie en tant que pèlerins, allant là où l’Esprit nous envoie, nous restons cependant enracinés en Dieu et dans l’amour de Dieu pour toute la création.

Comme Abraham et Sarah sur leur chemin vers l’avenir que Dieu avait prévu pour eux, nous aurons des moments d’obéissance et des moments d’échec, mais dans tous ces moments, Dieu est fidèle et nous pardonne. C’est une bénédiction que nous ne soyons pas seuls pour ce voyage. Jésus nous surprend par les compagnons de route qu’il appelle à être en chemin avec nous, tout comme il a surpris les disciples sur la route d’Emmaüs.

Puissiez-vous être bénis et surpris par Dieu en entrant dans cette nouvelle année du pèlerinage de confiance. Puissiez-vous accueillir des anges en montrant l’hospitalité de Dieu aux étrangers ; puissiez-vous briller de lumière dans les ténèbres et montrer l’amour du Christ à ceux qui ne se sentent pas aimés. En eux, vous serez bénis pour être une bénédiction.


Le Secrétaire Général des Nations Unies, M. António Guterres

J’adresse mes meilleurs vœux à la communauté de Taizé à l’occasion de sa rencontre annuelle. Il y a des années, alors que j’étais étudiant à l’université, j’ai participé à une rencontre de Taizé, et ces souvenirs restent vivaces. Hier et aujourd’hui, j’admire beaucoup vos efforts pour rassembler des personnes de tant de pays et de traditions.

Cette ouverture à la diversité est particulièrement importante aujourd’hui, à une époque de divisions à travers le monde. Nous assistons à des rivalités géopolitiques, à des inégalités croissantes, à un fossé grandissant entre les peuples et les institutions politiques, et à une rupture entre les peuples et la planète, illustrée par l’aggravation de la crise climatique. La coopération internationale est plus importante que jamais, et le monde a besoin des jeunes en particulier pour continuer à faire pression en faveur de l’action, des solutions et du changement.

Cette année, je vous lance un appel spécial pour que vous agissiez en faveur du climat. Pendant de nombreuses décennies, les humains ont été en guerre contre la planète. Aujourd’hui, la planète se défend. Nous sommes confrontés à une crise climatique mondiale, et le point de non-retour se précipite vers nous. Mais je vois aussi de l’espoir. La communauté scientifique nous dit que la feuille de route pour rester en dessous d’une augmentation de température de 1,5 degré est encore à portée de main. Les technologies permettant d’y parvenir sont déjà disponibles. L’opinion publique se réveille avec des jeunes comme vous qui font preuve d’un leadership et d’une mobilisation remarquables. Et de plus en plus de villes, d’institutions financières et d’entreprises s’engagent dans la voie du 1,5 degré.

En 2020, je compterai sur vous pour continuer à faire pression afin de maintenir le climat au sommet de l’agenda international. Les Nations Unies seront votre partenaire solide alors que nous nous efforcerons ensemble de construire un monde de paix, de développement durable et de droits humains pour tous.

Dans cet esprit, je vous prie d’accepter mes meilleurs vœux pour une rencontre mémorable, un joyeux Noël et une bonne année.


La Présidente de la Commission européenne, Mme Ursula von der Leyen

Chers jeunes,

Les jours que vous passerez ensemble à Wroclaw sous les auspices de la communauté de Taizé vous laisseront avec des liens, des amitiés, des souvenirs et des expériences qui dureront toute une vie.

Pendant votre séjour, vous découvrirez de nouvelles perspectives venant de vos camarades. Vous découvrirez le sens pur de l’hospitalité et de la solidarité avec l’accueil chaleureux de la communauté locale. Et vous suivrez les traces des centaines de milliers de jeunes qui ont découvert l’âme de l’Europe au cours de leur participation aux rencontres européennes de Taizé.

Votre rencontre cette année est particulièrement poignante et spéciale. 2019 marque le 30e anniversaire du démantèlement du rideau de fer et de la chute du mur de Berlin. Cela fait donc 30 ans qu’une grande partie de l’Europe a retrouvé sa liberté. 30 ans que notre famille européenne a enfin été réunie.

Alors que vous vous réunissez en prière et en discussion dans les jours à venir, pensez bien au courage de tous ceux qui se sont battus pour la liberté. Pensez à tous ceux qui ont défendu leurs valeurs. Pensez à ce que l’unité, la paix et la réconciliation signifiaient pour eux. Il est de notre devoir de ne jamais l’oublier et de ne jamais cesser à bâtir une Union plus solidaire, plus juste, plus tolérante, plus ouverte et plus humaine.

Vous avez des bons exemples à suivre. Je pense bien sûr à la communauté de Taizé qui incarne nos valeurs européennes. Mais je pense aussi à la sainte Urszula Ledochowska qui inspire la devise de votre rencontre : « Toujours en route, jamais déracinés ». Pendant son long chemin européen, elle s’est toujours dévouée pour les plus pauvres et pour les plus vulnérables et elle nous a montré la force de l’unité. C’est à vous, et à nous tous, de la suivre.

Du fond de mon cœur, je vous souhaite un séjour riche et heureux, plein de joie, plein de découverte et plein d’amour. Et je vous souhaite surtout un très joyeux Noël et une très belle année.

Printed from: http://www.taize.fr/fr_article27079.html - 4 August 2020
Copyright © 2020 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France