Les frères au Bangladesh

Des frères de Taizé vivent au Bangladesh depuis 1974. Après quelques années à Chittagong, ils ont déménagé dans la capitale, Dhaka. Depuis 1987, leur maison se trouve à Mymensingh et en 2021, ils déménageront à Thanarbaid, un petit village dans la forêt nationale de Modhupur.

Dès le début, les frères ont mis l’accent sur les jeunes, en créant de petites écoles pour les pauvres, en trouvant des moyens de soutenir les étudiants dans leurs études, en organisant des réunions de prière et de réflexion, régulièrement dans différentes parties du pays, et bien d’autres choses encore. L’un des frères, aujourd’hui décédé, a enseigné au grand séminaire de Dhaka pendant plus de trente ans.

Une préoccupation importante qui a émergé au fil des ans est celle des personnes handicapées. Déjà à Chittagong et à Dhaka, les frères étaient engagés auprès des pauvres handicapés qui, à l’époque, n’avaient pratiquement aucun soutien dans la société. Au fil des ans, la prise de conscience de leur situation difficile s’est développée dans le pays et il existe désormais de nombreuses organisations qui se consacrent à leurs besoins. Les frères ont créé l’une des premières organisations à Mymensingh au début des années 90, le "Community Centre for the Handicapped", et ont introduit des pèlerinages pour les handicapés dans l’Église. Ils ont également contribué à la création de la seule communauté de l’Arche au Bangladesh, dans leur quartier de Mymensingh.

Les frères travaillent non seulement avec les Bengalis, mais aussi avec les personnes issues des différents groupes indigènes, en particulier les Garos (également connus sous le nom de Mandi) qui constituent la majorité des chrétiens dans le district de Mymensingh. Comme à Taizé, ils prient trois fois par jour et tentent de semer des graines de réconciliation entre chrétiens de différentes confessions, membres de différents groupes ethniques et adeptes de différentes religions. Leur contact avec différents groupes est constant et des personnes de tous horizons vont et viennent dans leur enceinte : étudiants du collège, de l’université ou des écoles coraniques, femmes pauvres, enfants des rues, chrétiens de toutes les confessions du pays, hindous, musulmans et agnostiques.

Prière commune dans la chapelle des frères à Mymensingh

Printed from: https://www.taize.fr/fr_article31941.html - 27 October 2021
Copyright © 2021 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France