Algérie

La rencontre de Tlemcen : août 2009

Du 9 au 16 août, pour la quatrième fois, une rencontre d’une semaine a eu lieu en Algérie, réunissant des jeunes de nombreux pays africains qui étudient en Algérie et ne peuvent pas tous venir à Taizé.

« Vivre en Algérie toute une semaine la même expérience qu’à Taizé, c’est très fort. Pendant quelques années, il avait fallu arrêter d’inviter à Taizé des jeunes africains étudiant en Algérie à cause des problèmes de visas. Il a de nouveau été possible d’en réinviter quelques-uns, trois l’année passée et aussi cette année. Pendant leur séjour à Taizé, ils ont préparé la rencontre de Tlemcen puis sont retournés en Algérie.

Sarah écrit : « La rencontre de Tlemcen s’est très bien déroulée. Nous avons été plus nombreux que d’habitude, près de 130 participants de 28 nationalités dont 23 africaines. Beaucoup n’ayant aucune expérience de Taizé sont rentrés le cœur plein de joie, ressourcés dans le Seigneur et dans la communion avec l’autre. » Bruno : « J’ai eu l’impression de revivre une semaine à Taizé en France, dans toute sa diversité, dans la joie, la paix, la simplicité et la communion fraternelle. » Yolande : « Les deux lieux de rencontre, Taizé et Tlemcen, commencent par un T, deux mots de 2 syllabes, les deux sont situés sur des sommets de collines et regroupent des personnes d’origines diverses dans le but commun d’une communion avec Dieu et son prochain en toute simplicité ! »

Dans l’équipe de ceux qui ont porté la rencontre, il y avait deux jeunes femmes envoyées par Taizé, pour qu’elles donnent un coup de main, notamment avec le chant, et aussi pour leur faire découvrir cette réalité de l’Église. Un des jeunes écrit concernant leur présence : « Nous sommes infiniment reconnaissants pour tout ce qu’elles nous ont apporté, nous savons que ce n’est pas facile de prendre de tels risques, nous espérons qu’elles sont bien arrivées et qu’elles ont reçu de nous quelque chose qui pourra leur être utile dans la vie chrétienne et sociale. »

Tous sont très attentifs au moindre signe de communion qui leur permet de rompre l’isolement dans lequel ils vivent. Ils ont écouté ensemble l’enregistrement de la méditation de frère Alois le jeudi soir à Taizé, où il mentionnait leur rencontre, et par ailleurs frère Alois avait aussi enregistré spécialement un mot d’accueil pour eux. Un des prêtres écrit : « Le message introductif ainsi que l’écoute « en live » de la méditation du jeudi ont été des beaux cadeaux. C’était un beau moment de voir les jeunes enchaîner sur le chant qui a suivi la méditation. On reste en communion, et priez pour nous s’il vous plaît ! »

Des dépassements à vivre ensemble

Au début du printemps 2009, un frère et un ami de la communauté ont visité pendant deux semaines les chrétiens de l’Algérie. Les contacts de la Communauté de Taizé avec ce pays du Maghreb ne datent pas d’hier : déjà avant l’indépendance de 1962 un petit groupe de frères vivait en fraternité dans un quartier pauvre de la capitale.
Le but de cette visite s’inscrivait donc dans une certaine continuité pour chercher ensemble avec l’Église d’Algérie les sources de la confiance dans le Seigneur et les signes de l’espoir dans les situations parfois très complexes et difficiles que vivent les chrétiens de ce pays. Mais la continuité a aussi été palpable avec ce qui a été vécue lors de la rencontre de jeunes à Nairobi au Kenya, grâce, entre autres, à la forte présence des jeunes africains subsahariens qui font leurs études en Algérie. Les temps forts de la visite ont été les récollections de Carême organisées par les étudiants subsahariens chrétiens et par les responsables de la pastorale dans les diocèses visités.

Nous restons marqués par deux aspects de ces petites rencontres de deux ou trois jours où une centaine de jeunes ont pu participer à chaque fois. D’une part, il y a l’expression spontanée et sincère d’une joie simple et débordante qui se concrétise aussi bien par les gestes chaleureux de l’accueil que par les chants et les danses lors des célébrations. Malgré tous les soucis et les problèmes auxquels sont confrontés ces jeunes africains et leurs pays, ils n’ont pas perdu le sens de la fête gratuite qui devient expression d’une joie partagée entre ressortissants de pays très divers et parfois même en guerre.

D’autre part, nous avons été saisis par les dépassements dont chacun fut capable lors de ces rencontres assez courtes mais toujours très intenses et qui demandaient de chaque participant un complet investissement. La maison qu’on croyait à peine assez grande pour loger une dizaine de personnes en a accueilli le double, la cuisine qui était prévue à l’origine pour quelques religieux a finalement nourri une centaine d’étudiants affamés, et les murs de la chapelle semblaient s’être élargis pour laisser la place aux chants et aux danses des jeunes chrétiens venus de plus de vingt pays différents du continent africain. Dépassement de nos peurs et dépassement de nos certitudes : voilà ce qui nous est réservé lorsque nous acceptons de nous laisser bousculer, lorsque nous laissons de la place à l’esprit créateur. Et la vie jaillit là où on ne l’attendait pas.

Au milieu des changements que vit l’Église d’Algérie, notre visite nous a permis de voir à chaque étape les petits signes de cette vie qui continue en profondeur comme les premiers ruissellements du printemps au moment de la fonte des neiges. Nous avons vu la précarité de la situation de ceux qui se préparent au baptême, le caractère éphémère des communautés étudiantes et des assemblés de migrants ou la fragilité des structures de l’Église. Mais nous avons surtout vu combien chacun, à son niveau, était invité à un dépassement pour suivre Dieu. La Lettre du Kenya cite les paroles de saint Augustin, ce chrétien de l’Afrique du nord : « Tu étais plus intime que l’intime de moi-même, et plus élevé que les cimes de moi-même. » Au retour de notre visite, notre cœur est comblé de reconnaissance pour les dépassements que nous avons pu voir et vivre ensemble avec nos amis.

Printed from: https://www.taize.fr/fr_article3208.html - 4 August 2021
Copyright © 2021 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France