Autriche

Un voyage à travers l’Autriche

À la mi-avril, un frère de la communauté a voyagé à travers l’Autriche ; à chaque étape il a eu des rencontres avec des jeunes.

Vienne

Le dimanche après Pâques, des jeunes de Vienne et des environs se sont rassemblés dans la « Jugendkirche » (église de la jeunesse) de Vienne. Ensemble avec l’équipe de la Jugendkirche, ils ont réfléchi sur ces mots des disciples : « Nous avons vu le Seigneur » (Jean 20,25). Qu’est-ce que cela signifie que le Christ est vivant parmi nous comme le Ressuscité ? Comment pouvons-nous rencontrer Jésus aujourd’hui ? Comment est-ce que Pâques transforme notre vie ? Comment pouvons-nous apporter la lumière du Christ aux hommes qui vivent des moments d’obscurité ?

L’icône de la croix et celle de l’amitié décoraient l’église pour la prière. Après, il y a eu une courte introduction biblique suivie de carrefours et de groupes de partage. Quelques-uns avaient passé un temps en Équateur et ont parlé de leurs expériences. Un prêtre de Zambie témoigna des signes d’espérance et des défis dans son pays. Un espace de silence était à disposition pendant tout l’après-midi pour la prière en silence et la méditation.

La Carinthie

Le voyage continuait en Carinthie. Depuis de nombreuses années des groupes de jeunes viennent à Taizé de Völkermarkt, près de la frontière slovène. Aussi la joie était grande de se revoir, cette fois-ci chez eux. Des jeunes de différentes localités, engagés dans la préparation des prières régulières avec des chants de Taizé, avaient préparé la soirée. C’était l’occasion de parler des rencontres de l’été à Taizé et de la rencontre européenne à Genève.

Dans un ancien monastère franciscain à Grein sur le Danube (Haute Autriche), une prière avec des chants de Taizé a lieu depuis des années. La célébration de la lumière avec des bougies pour tous rappela que le Ressuscité est proche de chacun et chacune de nous.

Saalfelden et Salzbourg

Ils sont de plus en plus nombreux, les groupes scolaires qui viennent à Taizé pour une semaine ou quelques jours. C’est le cas dans l’école professionnelle de Saalfelden. Maintenant un groupe de jeunes écoliers a décidé de tenter l’aventure. Jusqu’à maintenant personne d’entre eux n’avait été à Taizé. Le professeur de religion leur avait montré un film et parlé un peu de Taizé. La visite à Salzbourg toute proche était une bonne occasion de leur en apprendre un peu plus. Une rencontre d’une heure a eu lieu à l’école. Certains n’ont pas un contact régulier avec une paroisse, mais ils veulent bien entreprendre ce voyage. Ils se réjouissent des rencontres avec des jeunes de leur âge de tous les continents, et de découvrir comment d’autres vivent leur foi. Maintenant c’est l’attente joyeuse, les valises sont presque faites et bientôt on se reverra à Taizé.

Le soir nous étions les hôtes de l’église de la paroisse gréco-catholique. La jeunesse catholique de Salzbourg avait préparé la prière. Pour tous c’était une grande joie de prier avec des icônes magnifiques que le prêtre nous expliqua. L’icône de l’amitié qui voyage à travers l’Autriche depuis la rencontre de Zagreb était aussi présente. Des chants de l’Église d’Orient et des chants de Taizé faisaient pressentir ce soir-là quelque chose de la merveilleuse communion universelle de l’Église.

Innsbruck

À Innsbruck il y a une maison de la Caritas diocésaine, un signe d’espérance dans le monde d’aujourd’hui, où si souvent les différences entre les humains comptent plus que les similitudes. « Ici les personnes les plus diverses vivent ensemble, des personnes âgées et des jeunes, des personnes en bonne santé et des malades, des personnes avec un travail et des sans-emploi, des gens du pays et de l’étranger. Chacun apporte ses talents, ses dons à la communauté. Ils sont de confessions chrétiennes différentes (catholiques, protestants, arméniens, orthodoxes, etc.) ou d’autres religions. Autant que faire se peut, on veut offrir à tous la possibilité de pratiquer sa religion. On aimerait répondre aux aspirations les plus profondes de la foi des hommes dans toutes ses dimensions », écrit un des responsables. L’idée est venue d’inviter un frère de Taizé, de prier ensemble, d’échanger et d’aller par la suite pour quelques jours à Taizé avec un groupe de croyants de l’Islam et de chrétiens. C’était une première prise de contact d’un après-midi. Nous nous sommes réunis dans la salle de prière chez les musulmans et l’Imam Mamadou a prié pour la paix. Ensuite on a pris le temps d’échanger et conclu l’après-midi dans la chapelle par une prière avec les chants de Taizé. De là nous sommes allés à Stams où une prière avait lieu le soir dans la maison des enfants et des jeunes. Beaucoup de Stams même et des environs sont venus prier ensemble.

Vorarlberg

La dernière étape de cette visite en Autriche était le Vorarlberg. Depuis une trentaine d’années des navettes viennent de là-bas à Taizé, et ils sont nombreux à connaître la communauté. C’était une grande joie de rencontrer dans l’après-midi les sœurs cisterciennes de Mariastern et de prier avec elles. Quelques-unes avaient été à Taizé avant d’entrer dans la congrégation, et la vie monastique, la prière, la vie en communauté ont permis un bel échange en profondeur. Le soir des jeunes de tout le Vorarlberg se sont réunis dans l’église de Hohenems pour une prière. Ensuite nous avons eu une rencontre dans « l’Académie du soir Open », qui est animée par la pastorale pour la jeunesse du diocèse. Au cours de l’échange, on a aussi parlé du témoignage de Frère Roger. Certains ont été enrichis par les rencontres avec lui.

Printed from: https://www.taize.fr/fr_article4812.html - 18 May 2021
Copyright © 2021 - Ateliers et Presses de Taizé, Taizé Community, 71250 France