TAIZÉ

Courte méditation quotidienne

 
  
27 mai
Dans les épuisants regrets, l'être intérieur se détruit. Se tenir en Dieu, dans une attente contemplative, ouvre la voie aux consentements indispensables : consentir à nos fragilités, à nos propres limites. Et ce qui paraissait insipide retrouve une saveur nouvelle. Et se lève une paix du cœur.


Taizé - Courte méditation du jour
Tiré du livre :
En tout la paix du cœur, de frère Roger, de Taizé, Les Presses de Taizé