TAIZÉ

Nouvelles récentes

Ukraine | Une fraternité provisoire pour accueillir des réfugiés

En solidarité avec l’Ukraine, Taizé se prépare à accueillir des réfugiés ayant dû quitter leur pays en raison de la guerre, en plus des nombreux refugiés de passage déjà accueillis pour une nuit sur leur route pour l’Espagne ou le Portugal.

En lien étroit avec les autorités civiles, le projet est né d’accueillir plusieurs familles de réfugiés ukrainiens dans une maison de Taizé ou du village voisin d’Ameugny. Les détails sont en voie de concrétisation.

Pour accompagner cet accueil, quelques jeunes pourraient constituer une fraternité provisoire, en vivant auprès des réfugiés qui seront accueillis à Taizé. Nous recherchons donc trois ou quatre jeunes, femmes ou hommes, âgés de 19 à 30 ans, qui seraient prêts à vivre à Taizé jusqu’à fin mai pour participer à ce projet. Pouvoir communiquer dans une langue slave serait un atout certain.

Si vous êtes intéressé·e, ou pour toute question complémentaire, merci de nous contacter très rapidement à cette adresse en expliquant votre motivation pour participer à ce projet.

Par plusieurs aspects, cette proposition se distingue du volontariat à Taizé. Pour celles et ceux qui souhaitent rester plus longtemps à Taizé au cours des prochains mois, voir cette autre page

Ukraine | Proposition de déroulement d’une veillée de prière pour la paix

Depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, de nombreux chrétiens de par le monde prient pour la paix. Voici une proposition de déroulement pour un temps de prière avec les chants de Taizé.

Par ailleurs, une page du site de Taizé permet de transmettre aux frères des intentions de prière.

Proposition de déroulement pour un temps de prière

Chant

Laudate omnes gentes ou Славіте всі народи (Slavite vsi narody)

Prière de frère Alois

Christ Jésus, en nous tenant en silence devant toi, nous laissons monter cette ardente prière : que cesse le feu des armes sur la terre de l’Ukraine ! Accueille dans ton amour ceux qui meurent de la violence et de la guerre, console les familles dans le deuil, montre ta présence à celles et ceux qui sont dans l’angoisse ou qui ont dû prendre le chemin de l’exode. Soutiens celles et ceux qui désirent la paix et qui, en Ukraine, en Russie, en Biélorussie et ailleurs, prennent des initiatives pour arrêter la guerre. Confrontés à l’incompréhensible souffrance, nous croyons pourtant que tes paroles d’amour et de paix ne passeront jamais. Tu as donné ta vie sur la croix et tu nous as ouvert un avenir, même au-delà de la mort. Tout au long de notre chemin vers Pâques, la lumière de ta résurrection va nous guider, même dans l’obscurité, en nous rappelant que le mal n’aura jamais le dernier mot. Et nous t’implorons : donne ta paix à notre temps. C’est toi, notre espérance.

Psaume

Entre chaque verset, on peut chanter Bonum est confidere.

Jusques à quand, ô Dieu, l’adversaire insultera-t-il ?
L’ennemi blasphémera-t-il sans cesse ton nom ?
Pourquoi retenir ta main, cacher la force de ton bras ?

Ô Dieu, tu es mon roi dès l’origine,
l’auteur des délivrances au milieu du pays,
toi qui ouvris la source et le torrent,
toi qui desséchas des fleuves intarissables.

A toi le jour, et à toi la nuit,
toi qui ajustas la lumière et le soleil,
toi qui posas toutes les limites de la terre,
l’été et l’hiver, c’est toi qui les formas.

Ne livre pas aux bêtes sauvages la vie de ta tourterelle,
la vie de tes malheureux, ne l’oublie pas jusqu’à la fin.
Regarde vers l’Alliance : la guerre est partout ;
on se cache dans les cavernes du pays.

Que l’opprimé ne rentre pas couvert de honte,
que le pauvre et le malheureux louent ton nom !
Lève-toi, Dieu, défends ta cause !
souviens-toi des outrages que t’adresse chaque jour les insensés.


du Psaume 74

Lecture

Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation ; il nous console dans toutes nos détresses, pour nous rendre capables de consoler tous ceux qui sont en détresse, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu.


2e épître aux Corinthiens, 1,3-4

Chant
Dona nobis pacem

Silence

Intercession

Entre chacune des intentions, on peut chanter Kyrie 10.

  1. Pour tous ceux qui vivent en Ukraine. Pour les victimes de la guerre et pour leurs proches dans le deuil, pour les blessés.
  2. Pour les familles, les jeunes et les enfants, les personnes âgées vivant dans l’angoisse des bombardements.
  3. Pour celles et ceux qui ont dû quitter leur lieu de vie, les exilés, réfugiés, déplacés, et pour tous ceux qui les accueillent.
  4. Pour les personnes les plus fragiles qui n’ont pas où aller et qui subissent impuissantes les conséquences de la guerre.
  5. Pour les dirigeants des peuples et tous ceux qui sont en mesure d’influer sur le cours des événements, pour que cesse au plus vite le feu des armes.
  6. Pour les responsables des Églises, qu’ils sachent accompagner tous ceux qui sont touchés par cette terrible épreuve.
  7. Pour les artisans de paix. Pour tous ceux qui en Ukraine, en Russie, en Biélorussie et ailleurs s’engagent pour faire prévaloir le dialogue et la justice.

Notre Père

Prière de bénédiction

Tu nous bénis, Christ Jésus, toi qui es notre paix et notre espérance.

Chants

Exaudi orationem meam | Frieden, Frieden | Jésus le Christ | Veni sancte Spiritus

Ukraine | Une initiative de solidarité pour l’accueil des réfugiés

Devant la crise humanitaire engendrée par la guerre en Ukraine, Taizé ouvre une plateforme pour mettre en contact des personnes d’accueil et des exilés ayant dû quitter l’Ukraine.

Toutes ces dernières années, de nombreux jeunes de l’Ukraine ont participé aux rencontres du pèlerinage de confiance en Europe. À présent, beaucoup de familles, surtout des mères avec leurs enfants, ont dû en urgence quitter leur pays pour se réfugier ailleurs. En bien des lieux, une dynamique de solidarité se met en place pour les accueillir et Taizé souhaite soutenir cet élan.

En lien avec nos amis en Ukraine et dans les pays limitrophes, avec des associations de solidarité et aussi avec l’ambassade ukrainienne à Paris, nous proposons à des paroisses ou groupes locaux de se préparer à accueillir. Nous souhaitons toutefois attirer l’attention de celles et ceux qui sont prêts à accueillir :

  • À ce stade, nous recueillons des offres, mais sans pouvoir garantir que l’on pourra effectivement trouver une famille dans l’immédiat. Il est difficile d’estimer l’ampleur des arrivées à venir.
  • Il est également compliqué de savoir sur quelle durée ces familles vont avoir besoin de votre généreux accueil.
  • Pour une personne seule, et même une famille, un tel accueil peut représenter un effort excessif. Il est préférable de se mettre ensemble avec d’autres pour assumer cela en paroisse ou en équipe.
  • Actuellement, cette proposition ne peut concerner que des familles d’accueil dans les pays de l’espace Schengen.
  • Enfin, Taizé aide par cette initiative à mettre les personnes en relation, mais ne pourra pas ensuite accompagner les situations spécifiques ni apporter une aide ou un suivi.

Merci de remplir avec attention le formulaire d’accueil en français ou en anglais. Pour toute question supplémentaire, écrivez-nous à cette adresse.

Nous vous remercions de tout cœur pour votre disponibilité !

Formulaire

Ukraine | Accueillir des réfugiés

  • Pays de l’Espace Schengen

Ukraine | Article de frère Alois

A la demande de l’hebdomadaire français La Vie, frère Alois a écrit cet article en ligne ici et que nous publions intégralement ci-dessous.

« En Ukraine, le mal n’aura pas le dernier mot »

Cette année, le temps du Carême commence alors que le continent européen est frappé par la guerre. Cette tragique actualité nous plonge en plein mystère du mal. Jésus lui-même en a fait l’expérience ultime en acceptant librement de perdre sa vie sur la croix : il est allé jusqu’au bout de la souffrance. Sur notre route vers Pâques, nous sommes soutenus par cette espérance : au-delà de la croix, par la résurrection du Christ, Dieu a ouvert pour toute l’humanité un chemin de vie.

Comment est-il possible que le feu des armes et des bombes déchire des peuples pourtant si proches l’un de l’autre à tant d’égards ? Tant de familles ont des leurs d’un côté et de l’autre de la frontière... Lors d’un pèlerinage en Russie, en Biélorussie et en Ukraine en 2015, avec un petit groupe de jeunes de divers pays, j’en ai été témoin en me rendant dans un hôpital de Kyiv auprès de soldats ukrainiens blessés au combat. Avec nous, il y avait une jeune femme de Russie. Il y a quelques jours, au moment du déclenchement de la guerre, cette jeune Russe se souvenait de cette visite et partageait ce récit : « Quand je suis entrée dans l’hôpital, j’étais paralysée de peur et de honte. Au début, il m’était difficile de dire quoi que ce soit. Puis, je me suis mise à raconter qu’enfant, chaque été j’allais chez mon grand-père en Ukraine, que mon cousin était né en Ukraine. Alors les soldats ukrainiens ont commencé à changer, l’un d’eux a soudainement dit que sa femme était russe, puis un autre que ses parents vivaient en Russie ... Et il est devenu clair qu’en fait nous étions très proches, que nous étions comme des frères et des sœurs. »

Prions pour que ces semences de partage et de communion ne soient pas arrachées par la folie de la guerre, mais qu’elles se révèlent à la longue plus fortes que la violence absurde. Il est presque trop tôt pour exprimer ce souhait, alors que chaque jour qui passe augmente le nombre des victimes et des blessés. Gardons pourtant, enracinée au plus profond de nos cœurs, cette espérance que le mal n’aura pas le dernier mot.

Le pape François a appelé à une journée de jeûne et de prière en ce mercredi des Cendres. En bien des lieux du monde, des croyants se rassemblent et prient pour la paix. Il y a quelques jours, nous avons reçu à Taizé le message d’un prêtre orthodoxe en Russie : dans sa paroisse aussi, ils prient pour la paix.

Oui, pour vivre ce temps de Carême en solidarité avec celles et ceux qui souffrent de la guerre qui fait rage sur la terre d’Ukraine, portons dans notre prière les victimes et leurs familles dans le deuil, les blessés, celles et ceux qui ont dû fuir, celles et ceux qui auraient voulu le faire mais qui ne l’ont pas pu, et aussi tous ceux qui ont fait le choix de rester là où ils vivent. Pensons aux personnes les plus fragiles, qui seront les premières à souffrir des conséquences du conflit armé, aux enfants éprouvés, aux jeunes qui ne voient pas d’avenir.

Dans notre prière, n’oublions pas de demander à l’Esprit Saint d’inspirer les dirigeants des peuples et tous ceux qui sont en mesure d’influer le cours des événements, pour que cesse au plus vite le feu des armes. Prions pour que la guerre n’accroisse pas les divisions au sein des Églises et des familles, et que les responsables des Églises accompagnent tous ceux qui sont touchés par cette terrible épreuve. Et puisque toute vie humaine compte aux yeux de Dieu, pensons aux combattants de tous les pays impliqués, et aussi à leurs familles, par exemple à ces grand-mères qui voient leurs petits-fils partir au front, pour une guerre qu’ils n’ont ni choisie ni souhaitée. Peut-être, un jour, iront-elles jusque dans la rue pour le clamer…

Alors que ce temps du Carême commence sous de sombres auspices, nous sommes appelés à vivre ces quarante jours en communion avec celles et ceux qui, non seulement en Europe mais partout dans le monde, sont atteints par la violence. Sur la croix, le Christ a ouvert ses bras pour embrasser toute l’humanité. Une humanité trop souvent déchirée, et pourtant à jamais unie dans le cœur de Dieu.

Ukraine | Prière pour la paix

Mercredi 2 mars

En communion avec l’initiative de jeûne et de prière proposée par le pape François, la communauté s’associera à la prière pour la paix en Ukraine ce mercredi 2 mars.


Samedi 26 février

Hier soir, la veillée de prière pour la paix en Ukraine a été marquée par un long temps de silence, introduit par la prière suivante dite par frère Alois :

Christ ressuscité, en nous tenant en silence devant toi, nous laissons monter cette ardente prière : que cesse le feu des armes sur la terre de l’Ukraine ! Accueille dans ton amour ceux qui meurent de la violence et de la guerre, console les familles dans le deuil, soutiens celles et ceux qui ont dû prendre le chemin de l’exode. Confrontés à l’incompréhensible souffrance, nous croyons pourtant que tes paroles d’amour et de paix ne passeront jamais. Tu as donné ta vie sur la croix et tu nous as ouvert un avenir, même au-delà de la mort. Alors nous t’implorons : donne-nous ta paix. C’est toi, notre espérance.

A la fin du temps de silence, le chant "Laudate omnes gentes" a été repris par tous en langue ukrainienne "Славіте всі народи / Slavite vsi narody".


Jeudi 24 février

Devant les actes de guerre en Ukraine, frère Alois a dit ce jeudi la prière suivante au cours de la prière de midi à Taizé :

Dieu d’amour, nous sommes déconcertés par les violences dans le monde, et en particulier à présent par les actes de guerre en Ukraine. Donne-nous de nous tenir en solidarité aux côtés de celles et ceux qui souffrent, et qui vivent aujourd’hui dans la peur et l’angoisse. Soutiens l’espérance de tous ceux qui, dans cette région du monde tant aimée, cherchent à faire prévaloir la justice et la paix. Envoie l’Esprit Saint, l’Esprit de paix, qu’il inspire les responsables des nations et tous les humains.

Ce vendredi à 20h (heure de Paris), les frères et tous les jeunes qui sont présents à Taizé prieront en silence pour la paix. Celles et ceux qui souhaitent participer à cette prière pourront s’y associer grâce à la diffusion en direct vidéo.


Prière commune lors de la rencontre de Taizé à Lviv, 30 avril 2018

Conseil communautaire : Prière de frère Alois

Comme chaque année, les frères ont eu fin janvier leur conseil communautaire. Voici la prière de conclusion que frère Alois a prononcée le soir du dimanche 30 janvier.

Jésus le Christ, nous te louons de tout notre cœur. Tu veux faire de nous des témoins de l’amour de Dieu dans les grands bouleversements actuels de la société et de l’Église. Alors nous te rendons grâce pour le don de l’unité que tu fais à notre petite communauté, il est un trésor inestimable dont nous voulons prendre soin.

Et ce trésor est multiforme. Nous te remercions de nous avoir conduits, en ces jours de conseil, à mettre en lumière notre grande diversité. Tu nous envoies l’Esprit Saint qui donne la vie, qui encourage la créativité en chacun et qui nous unit dans l’amour de Dieu. Donne-nous de croire en sa présence.

Toi le Christ, tu souffles ton Esprit sur nous dans la prière comme dans notre vie fraternelle ; en elle aussi nous trouvons une source de ta présence. Ainsi, au cœur de l’effort pour prendre soin de notre vie fraternelle, pour sortir toujours de nous-mêmes et accueillir l’autre, tu nous communiques une joie, ta joie de Ressuscité.

Nous mettons devant toi tout ce que nous nous sommes dit pendant ce conseil. Que nos échanges portent du fruit ! Donne-nous de continuer à nous interroger sur la multiculturalité entre nous, sur l’accompagnement personnel, sur la coresponsabilité pour l’ensemble de notre vie à travers les multiples tâches et activités, sur notre recherche de l’unité des chrétiens. Emplis-nous de souplesse et de courage pour nous mettre à l’écoute de ton Esprit Saint afin d’avancer dans ces domaines et dans bien d’autres encore.

Christ Jésus, tu nous envoies dans le monde. Loué sois-tu pour nos frères qui vivent en fraternités dans différents pays. Merci pour les sœurs qui vivent près de nous et avec qui tu nous donnes de cheminer ensemble. Merci pour tous les liens avec tant de personnes de notre région. Merci pour les migrants accueillis chez nous qui s’intègrent de plus en plus dans notre pays. Loué sois-tu pour les jeunes qui vont venir à Taizé au cours de l’année qui commence. Loué sois-tu pour notre pèlerinage de confiance qui, comme un ruisseau, se fraie un chemin à travers le monde, prochainement au Moyen Orient, en Terre Sainte.

Mais nous te confessons aussi, Christ Jésus, qu’il nous est arrivé de faillir à faire ta volonté d’amour. Nous te confions en particulier les personnes qui ont été victimes à Taizé d’abus ou d’agression, sexuels ou psychologiques. Soutiens-les dans leur solitude, guéris leurs blessures. Et donne-nous le courage d’écouter leur souffrance, d’écouter aussi leurs demandes et leurs conseils, et de tout faire pour les aider.

Vers toi le Christ, nous nous tournons. À qui d’autre irions-nous ? Tu as les paroles de vie. Nous te demandons d’accompagner toute l’Église et l’humanité entière qui parcourent une sorte d’exode, un passage vers autre chose, une traversée du désert. Comme tant de personnes, nous connaissons un moment sans visibilité claire pour l’avenir. Mais tu nous permets de nous ressourcer en toi et d’être artisans d’unité. Avec confiance nous te disons cette prière d’un psaume : « Seigneur, ne cesse pas l’œuvre de tes mains. »

Et maintenant, après avoir chanté ensemble l’Esprit Saint, ceux des frères qui ont engagé leur vie pour toujours vont s’étendre au sol pour rappeler leur offrande à Dieu.


Semaine de prière pour l’unité des chrétiens

Chaque année, du 18 au 25 janvier, des chrétiens du monde entier participent à la semaine de prière pour l’unité. Cette année, cette semaine de prière a été préparée par le Conseil des Églises du Moyen-Orient. Voici quelques manières de participer à cette semaine en lien avec Taizé.

Prier avec le Conseil des Églises du Moyen-Orient

Le thème retenu par le Conseil des Églises du Moyen-Orient est cette année : « Nous avons vu son astre à l’Orient et nous sommes venus lui rendre hommage ». Le déroulement proposé, en particulier les lectures bibliques et les intentions de prière, est disponible en ligne ici.

Lire ou relire les « Propositions 2022 »

Les « Propositions 2022 » de Taizé ont pour titre : « Devenir des artisans d’unité ». La cinquième proposition concerne spécifiquement l’unité des chrétiens. Le texte intégral est publié ici.

Revivre la prière pour l’unité à Taizé

Mardi 18 à 18h, une prière ouverte aux amis de la région a eu lieu à Taizé, en présence de représentants de différentes confessions. Il est possible de regarder cette prière diffusée en vidéo.

Écouter un podcast de Taizé

Le podcast de cette semaine est un entretien (en français) avec la pasteure Anne-Laure Danet, responsable des relations entre les Églises chrétiennes pour la Fédération protestante de France. Cet entretien peut être écouté depuis les principales plateformes de podcast.

Lire les messages reçus à l’occasion de la rencontre de Turin

Comme chaque année, des responsables catholiques, orthodoxes et protestants ont envoyé des messages de salutation aux participants de la rencontre européenne.

Écouter une conférence de frère Alois sur l’unité

L’an dernier, frère Alois a été invité à donner une longue conférence sur l’unité dans le cadre d’une série de rencontres organisées par l’Angelicum à Rome. Cette conférence se trouve en ligne ici (en italien, avec des sous-titres en français).

Message de frère Alois

Hommage à Desmond Tutu

Chers proches et amis,

En ce jour où l’archevêque Desmond Tutu est entré dans la vie d’éternité, je viens vous dire mon affection et celle de toute la communauté de Taizé, à vous qui avez partagé sa vie et ses combats pendant près de soixante-cinq ans.

L’Esprit du Christ Ressuscité a fait de lui une source de sagesse et de courage pour l’Afrique du Sud et le reste du monde durant les heures les plus sombres de l’Apartheid et tout au long du chemin vers la justice et la réconciliation dans votre pays.

Nous sommes reconnaissants pour l’amitié qui a lié l’archevêque et notre communauté pendant plus de quarante années. Depuis la visite de frère Roger à Johannesburg en 1978 et sa propre venue à Taizé en 1979, nous sommes restés en communion par la prière et avons partagé une même passion pour éveiller des nouvelles générations de jeunes à la foi au Christ. En 1980, alors que les tensions étaient vives dans votre pays, il organise le voyage de 144 jeunes Sud Africains de toutes origines, confessions et milieux sociaux en pèlerinage de réconciliation à Taizé. Depuis lors, il a fidèlement soutenu des centaines de jeunes Sud Africains envoyés par leurs Églises pour représenter leur pays lors des différentes étapes du Pèlerinage de confiance organisé par Taizé. Il y a deux ans il avait tenu à rejoindre les participants de la rencontre internationale que nous avions préparée dans la ville du Cap.

Dans son message d’accueil aux participants du Pèlerinage de Taizé de 1995 à Johannesburg, il écrivait : « La prière prépare l’espace où nous pouvons nous rencontrer et grandir en nous aimant les uns les autres. »

Avec des femmes et des hommes de bonne volonté sur toute la terre et tout particulièrement avec des jeunes du continent africain, nous rendons grâce pour sa vie et son ministère. Il continuera à inspirer les chercheurs de justice et de paix.

Frère Alois, prieur de la communauté de Taizé

Lors de la rencontre de Taizé au Cap en 2019

Frère Paul (1951-2021)

François Belloy qui, en entrant dans la communauté de Taizé en 1975, prit de nom de frère Paul, est décédé dans son sommeil au premier matin du 16 décembre 2021, au terme d’une très longue et très pénible maladie.

Il était né à Châteauroux le 10 juillet 1951, second d’une grande famille de six frères et sœurs. Au cours de ses études à l’école d’informatique Breguet à Paris, il découvrit la communauté qui, à cette époque, animait la préparation du concile des jeunes et il se lia avec des jeunes engagés dans cette recherche. Dans ce cadre, il fit en été 1972, avec trois autres jeunes, un voyage à travers l’URSS, alors sous régime communiste ; ils nouèrent à Moscou les premiers contacts, très discrets, avec des jeunes de ce pays qui devaient cacher leur foi chrétienne sous peine d’être persécutés.

A un an de la fin de ses études, en 1975, il décida d’entrer dans la communauté où il s’engagea pour toute la vie à Pâques 1979. D’emblée, il y apporta toutes ses compétences techniques et juridiques dans divers domaines : eau, assainissement, électricité, télécommunications, équipement vidéo, et peu à peu il introduisit l’informatique dans la vie quotidienne des frères. Plus tard il prépara aussi l’accès de la communauté à internet. Et il a mis ces compétences au service des rencontres internationales de jeunes européens.

En 1983, il fut élu au conseil municipal de Taizé, où la communauté était depuis longtemps représentée par un puis plusieurs frères. Comme conseiller, puis comme adjoint au maire, il donna beaucoup de ses énergies à soutenir la vie de la commune et de la région avoisinante. Il collabora notamment au syndicat des eaux, au syndicat d’électrification, puis dans le cadre de la communauté de communes, jusqu’à ce que la maladie l’empêche de se représenter aux élections municipales de 2020.

Il était alors déjà affaibli par une maladie auto-immune qui allait peu à peu lui enlever toutes ses forces physiques et nécessiter souvent des hospitalisations temporaires à Paris, à Mâcon, à Cluny. Il est par contre resté toujours lucide, doué d’une curiosité intellectuelle qui lui a permis jusqu’à son dernier jour de suivre attentivement aussi bien la vie de la communauté et celle de sa grande famille que les événements de l’Église et du monde.


Prière de frère Alois lors de la célébration des funérailles

Dieu de tous les humains, nous remettons notre frère Paul entre tes mains. Tu l’accueilles dans la vie d’éternité et tu lui permets maintenant de se reposer après les fatigues d’une longue maladie.

Loué sois-tu pour la vie que tu lui as donnée et pour sa présence parmi nous. Tu l’as accompagné déjà quand il a connu l’épreuve de la maladie dans ses jeunes années. Plus tard, alors qu’il poursuivait une formation d’ingénieur, tu l’as appelé à se joindre à la préparation du concile des jeunes, notamment par une courageuse visite en Union Soviétique, puis tu lui as adressé vocation à suivre le Christ sans retour en s’engageant pour toute l’existence dans notre communauté.

Nous te remercions pour les grandes compétences que tu as déposées en lui et qu’il a apportées avec générosité à notre communauté. Avec la même générosité il a consacré sans compter ses énergies au service de notre village et de notre région là où cela lui était demandé. Il était discret sur sa foi mais ses engagements étaient pour lui une manière d’être témoin du Christ et de l’Évangile.

Dieu vivant, tu n’as pas cessé de l’accompagner quand il a été affaibli par une maladie qui allait lui enlever toutes ses forces physiques. Tu l’as gardé lucide, ce qui lui a permis jusqu’à son dernier jour de suivre attentivement aussi bien la vie de notre communauté et celle de sa grande famille que les événements de l’Église et du monde.

Nous faisons mémoire en ce jour de son père et de sa mère qu’il a tant aimés, nous te rendons grâces de lui avoir accordé une mort paisible et de le recevoir pour toujours auprès de toi.