TAIZÉ

Textes bibliques commentés

 
Ces courtes méditations bibliques sont proposées pour soutenir une recherche de Dieu au cœur de la vie quotidienne. Il s’agit de prendre un moment pour lire en silence le texte biblique suggéré, accompagné du bref commentaire et des questions. On peut se réunir ensuite en petits groupes de trois à dix personnes chez l’un ou l’autre des participants pour un bref partage de ce que chacun a découvert, avec éventuellement un temps de prière.

JPEG - 31.8 ko

2008

février

Luc 13, 10-17 : Une guérison qui invite à se souvenir
Jésus enseignait dans une des synagogues, le jour du sabbat. Et voici, il y avait là une femme possédée d’un esprit qui la rendait infirme depuis dix -huit ans ; elle était courbée, et ne pouvait pas du tout se redresser. Lorsqu’il la vit, Jésus lui adressa la parole, et lui dit : Femme, tu es délivrée de ton infirmité. Et il lui imposa les mains. À l’instant elle se redressa, et glorifia Dieu. Mais le chef de la synagogue, indigné de ce que Jésus avait opéré cette guérison un jour de sabbat, dit à la foule : Il y a six jours pour travailler ; venez donc vous faire guérir ces jours-là, et non pas le jour du sabbat. Hypocrites ! lui répondit le Seigneur, est-ce que chacun de vous, le jour du sabbat, ne détache pas de la crèche son boeuf ou son âne, pour le mener boire ? Et cette femme, qui est une fille d’Abraham, et que Satan tenait liée depuis dix -huit ans, ne fallait-il pas la délivrer de cette chaîne le jour du sabbat ? Tandis qu’il parlait ainsi, tous ses adversaires étaient confus, et la foule se réjouissait de toutes les choses glorieuses qu’il faisait. (Luc 13, 10-17)

Dans la discussion qui suit la guérison d’une femme courbée dans la synagogue, Jésus conclut en révélant l’identité unique de cette femme : elle est une fille d’Abraham (v. 16). Il convient que son identité véritable soit manifestée le jour du sabbat. Avec Jésus nous ne sommes pas sur le plan de « que devrions-nous faire ou ne pas faire ? » comme le veut le chef de la synagogue, mais bien « qui devrions-nous être ou ne pas être ? » – qui sommes-nous véritablement ?

Le chef de la synagogue se réfère au commandement divin sur le sabbat en Exode 20, 9-11. Jésus pour sa part répond selon le commandement parallèle en Deutéronome 5, 13-15, qui explique : « …afin que ton serviteur et ta servante se reposent comme toi. Tu te souviendras que tu as été esclave au pays d’Égypte, et que le Seigneur ton Dieu t’en a fait sortir. » C’est pour cette raison que la femme devait être « déliée »de son esclavage précisément le jour du sabbat. Ainsi elle devient un signe vivant évoquant la libération de Dieu aujourd’hui.

Que veut dire se reposer en Dieu ? Tout d’abord, cela signifie se souvenir. Il s’agit de voir notre existence dans une autre lumière que celle de notre activité, de notre travail, de voir plutôt ce que Dieu accomplit, avant tout à travers nos faiblesses. Pour le peuple de Dieu, cela signifiait se rappeler la période de l’esclavage. Pour nous cela pourrait signifier que le souvenir de nos blessures intérieures nous rendra plus humains, en nous amenant à voir la bonté de Dieu envers nous et les autres, et en nous aidant à (re)découvrir notre identité véritable.

La femme courbée devait être « déliée ». De quoi devons-nous être déliés, afin de devenir pleinement nous-mêmes ? Souvent nous devons être déliés d’en faire « trop ». Au lieu de nous demander ce que nous devons faire de plus, la question n’est-elle pas plutôt : comment faire moins, afin d’être libres pour ce qui est plus essentiel ? Nous sommes parfois tentés de vouloir faire toujours plus, d’avoir peur de ne pas faire assez ou de décevoir quelqu’un en disant non. Ou bien nous voulons faire tout par nous-mêmes, sans rien confier aux autres. Nous ne sommes pas invités à « faire » davantage, mais, comme la femme courbée, à « être » davantage, à aimer davantage.

- Quel espace puis-je trouver dans ma vie quotidienne pour m’arrêter, pour me souvenir, pour me reposer en Dieu ?

- De quoi dois-je être « délié » ? Parmi toutes mes activités, auxquelles devrais-je renoncer ?



Autres méditations bibliques :

Dernière mise à jour : 1er août 2022